Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Regain de tension sur les plages corses

-
Par , , France Bleu RCFM

Dans l’extrême sud les gendarmes procèdent aux premières saisies ce lundi alors que ce week-end certains professionnels du littoral ont remonté une partie de leurs installations malgré l’absence d’autorisation.

Ce lundi les premières saisies ont eu lieu dans l'extrême sud
Ce lundi les premières saisies ont eu lieu dans l'extrême sud © Radio France - José Tafani

Des paroles aux actes, comme ils l'avaient annoncé il y a une dizaine de jours, les membres du collectif des professionnels du littoral de l'extrême sud ont remonté ce week-end une partie de leurs installations provisoires, malgré l’absence d’AOT (Autorisation d'Occupation Temporaire du Domaine public Maritime). 

En conséquence et au vu des infractions avec la législation, les gendarmes ont fait leur travail, ils ont constaté puis saisi. Parallèlement, le président du conseil exécutif a écrit à la préfète de Corse pour tenter de désamorcer ce conflit. Dans une lettre de quatre pages, Gilles Simeoni tente de trouver une issue à cette crise. En attendant la réponse de l’État, la tension monte sur le littoral Porto-Vecchiais et l’été risque d’être chaud.

Déclaration de guerre 

Par ce bras de fer les membres du collectif des professionnels du littoral de l’extrême sud veulent montrer que la charte de bonne conduite qu’ils ont élaboré respecte le domaine public : diminution du nombre de transats, espace libre entre la mer et les rangées de matelas, accès public…mais l’État ne l’entend pas de cette oreille. 

Les gendarmes ont pris des photos, constaté les infractions jusqu’à deux fois par jour chez certains propriétaires de paillotes et dressé des procès-verbaux depuis la réinstallation. 

Ce lundi les premières saisies ont d’ailleurs eu lieu dans un contexte plus que tendu. Deux opérations simultanées ont eu lieu aux alentours de 9h15 ce lundi, une au « Playa Baggia » sur la plage de Palombaggia à Porto-Vecchio, l’autre dans l’établissement le « Casadelmar la plage » sur la plage du Benedettu à Lecci. Trentetransats ont été saisis. A la mi-journée les paillotiers étaient réunis pour évoquer les éventuelles suites à donner à ces opérations de gendarmerie. Ils encourent une amende de 7500 euros par constat d’infraction. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess