Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales Auvergne-Rhône-Alpes : quatre listes qualifiées au second tour, une triangulaire se dessine

Après un premier tour des élections régionales ce dimanche, plombé par une abstention record, en Auvergne-Rhône-Alpes comme dans le reste du pays, c'est l'heure des tractations. Si Laurent Wauquiez (LR) est en tête, les listes socialistes et écologiste ont déjà annoncé leur "union pour le battre".

La socialiste Najat Vallaud-Belkacem (à gauche) et l'écologiste Fabienne Grebert (à droite), dimanche soir, lors de l'annonce de l'union de leurs listes au soir du premier tour des élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes..
La socialiste Najat Vallaud-Belkacem (à gauche) et l'écologiste Fabienne Grebert (à droite), dimanche soir, lors de l'annonce de l'union de leurs listes au soir du premier tour des élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes.. © Maxppp - Maxime Jegat

Laurent Wauquiez est largement en avance, très largement même en Auvergne-Rhône-Alpes, au lendemain du premier tour des élections régionales. Le président sortant (LR/UDI) a rassemblé 43,7% des suffrages. La "prime au sortant" taclent ses adversaires politiques, qui, dès le soir du premier tour, ont commencé les calculs et les tractations pour tenter de le battre. "C'est un choix net" s'est réjoui Laurent Wauquiez. À 43,8%, le score de l'ancien président des Républicains, grand favori des sondages, a de son propre aveu, dimanche soir, "dépassé les attentes" de son camp.

Union des gauches

Face à Laurent Wauquiez, trois listes se sont qualifiées : celle des écologistes, menée par Fabienne Grebert avec 14,45% des suffrages, suivie de la liste du RN conduite par Andréa Kotarac, qui recueille 12,33% des voix et par celle de Najat Vallaud-Belkacem (PS/PCF), qui obtient 11,4%. 

La socialiste a annoncé dès dimanche soir qu'elle s'unissait à l'écologiste en vue du second tour : "je prends acte du fait qu'au sein des forces de gauche, c'est Europe Ecologie Les Verts qui est arrivée devant nous. [...] Nous nous étions dit que celle qui arriverait la première des forces de gauche serait celle qui mènerait la liste au second tour. C'est donc aujourd'hui ce qui va se passer. Je peux vous dire que ce second tour, je l'aborde avec énormément d'énergie, de combativité, parce qu'il faut qu'on aille déloger Laurent Wauquiez puisque c'est de cela qu'il est question. Avec Fabienne Grebert, nous allons consacrer la semaine qui vient à convaincre le maximum d'électeurs. Je serai à ses côtés" a-t-elle déclaré.

"Le résultat de Laurent Wauqiez est celui d'années de construction clientéliste [...], je le redis ce soir on peut déloger Laurent Wauquiez. On peut vous offrir une alternative", Najat Vallaud-Belkacem.

Si elle ne s'est pas encore officiellement exprimée, la liste PCF/LDI de Cécile Cukierman (PCF/LFI) pourrait se joindre à cette union des gauches. Avec 5,56% des suffrages, elle ne peut se maintenir seule au second tour (le seuil à dépasser étant de 10%), en revanche, elle a le droit de fusionner. Dimanche soir, elle a fustiger le choix de ces grandes régions qui éloignent les institutions des électeurs mais n'a pas encore donné de consignes de vote claires ce lundi matin.

Score plus faible que prévu pour le RN

À la droite de la droite, Andréa Kotarac, candidat du Rassemblement national, se qualifie pour le second tour des régionales n'obtient pas le score escompté et rassemble 12,4% des suffrages. Lundi matin, celui qui avait commencé sa carrière politique chez les "antifa" et la France Insoumise a fustigé le gouvernement, responsable, selon lui, de l'abstention massive lors de ce premier tour des élections départementales et régionales. 

"Le clientélisme de Laurent Wauquiez a porté ses fruits. [...] J'estime qu'il y a ici une sincérité du scrutin qui a été totalement entachée" : Andréa Kotarac, candidat RN en Auvergne-Rhône-Alpes

"C'est une déception d'abord et avant tout pour la démocratie. On a une abstention absolument record et historique dans notre région et globalement dans la patrie. Je crois que le gouvernement a tout fait, absolument tout fait, pour que cette abstention soit très forte. On a vu que l'Etat n'a pas su remplir sa mission régalienne, celle de faire vivre la démocratie. Ce taux d'abstention démontre en conséquence des scores complètement déformés par rapport au rapport de force dans la région" a-t-il déclaré.

Le vote des marcheurs scruté

Enfin, malgré l'union des gauches et le maintient du RN au second tour, battre Laurent Wauquiez s'avère tout de même proche de la mission impossible dimanche prochain. La liste de la majorité présidentielle menée par Bruno Bonnell (LREM/MoDem) et créditée de 9,87% ne se qualifie pas au second tour mais peut tout de même fusionner. Même sans consigne de vote claire et sans fusion officielle, une partie des électeurs LREM devraient logiquement se déporter à droite lors du second tour, dimanche prochain. Si on suit les calculs mathématiques, la victoire de Laurent Wauquiez est donc quasiment assurée en Auvergne-Rhône-Alpes. Mais on sait que les élections réservent toujours des surprises... Savoir si les candidats réussiront, ou non, à mobiliser les nombreux abstentionnistes sera l'une de ces surprises.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess