Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Règlement de compte à Perpignan : un pouce coupé à la machette pour une dette de 10 euros

mercredi 10 octobre 2018 à 19:03 Par Isabelle Rolland, France Bleu Roussillon

Fin septembre, un jeune du centre de formation de la CCI de Perpignan était hospitalisé, un pouce sectionné et le genou droit entaillé. Les enquêteurs viennent de retrouver son agresseur, qui voulait récupérer une dette de 10 euros, vieille de trois ans.

L'agresseur a été interpellé lundi dernier - illustration
L'agresseur a été interpellé lundi dernier - illustration © Maxppp - Alexis Sciard

Perpignan, France

Les faits remontent au 27 septembre dernier, devant le centre de formation de la Chambre de commerce et d'industrie de Perpignan. Une altercation éclate entre un élève du centre de formation et un jeune homme qui l'attendait. Ce dernier sort soudain une machette de sa voiture et attaque l'étudiant, qui d'abord se défend avec son casque de moto, prend la fuite mais tombe par terre. Il reçoit alors deux coups de machette, le premier lui coupe le pouce de la main droite, le second entaille son genou droit. L'agresseur et sa petite amie partent rapidement des lieux en voiture.

Dix euros de dette

La victime est opérée : son pouce a été récupéré et conservé au froid par une autre étudiante.  Il porte plainte auprès des policiers, expliquant qu'il connait son agresseur. Il voulait régler une dette de stupéfiants vieille de trois ans. Dix euros de dette qu'il n'a pas pu régler puisque son dealer se trouvait en prison.

Les enquêteurs ont interpellé l'agresseur lundi dernier. Placé en garde à vue, il a reconnu les faits mais n'a pas pu expliquer son déchaînement de violence. Il sera jugé le 7 novembre prochain.