Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Reims : des personnes à la rue quelques jours avant la trêve hivernale

vendredi 3 novembre 2017 à 11:28 Par Clément Conte, France Bleu Champagne-Ardenne

La trêve hivernale a démarré le 1er novembre partout en France. A Reims, quelques personnes ont été expulsées la semaine dernière. L'association Deux mains c'est maintenant leur vient en aide.

A Reims, de nombreuses personnes ont été expulsées avant le début de la trêve hivernale
A Reims, de nombreuses personnes ont été expulsées avant le début de la trêve hivernale © Maxppp - Sebastien JARRY

Reims, France

La descente aux enfers peut être très rapide et la trêve hivernale annuelle n'y change parfois pas grand chose. Du jour au lendemain, des personnes perdent leur logement et vivent dans la rue. Pour leur venir en aide, les bénévoles de l'association rémoise Deux mains c'est maintenant multiplient les maraudes, à la recherche des nouveaux sans-abris.

"La semaine dernière, avant le début de la trêve hivernale, nous avons reçu beaucoup d'appels", confie Isabelle Poquet, l'une des bénévoles. 'Une famille entière dort sous une tente en ce moment. Ils ont eu des retards de loyers et ont été expulsés".

Chômage, divorce et alcool, les principales raisons de la perte d'un logement

Des cas de plus en plus fréquents selon Isabelle Poquet : " Ça part souvent de la perte d'un emploi. Les cas de divorces peuvent aussi entraîner des situations compliquées au niveau du logement. Et puis certains se mettent dans l'alcool parce qu'ils perdent tout."

Isabelle Poquet de l'association rémoise Deux mains c'est maintenant

Quant à la trêve hivernale, elle n'est pas forcément synonyme de sécurité pour les personnes en situation de précarité : " Il y a toujours des gens qui se disputent et pour qui c'est difficile. En hiver, c'est la saison où l'on voit le plus de personnes.", conclut Isabelle Poquet.