Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Reims : l'avenir s'assombrit pour l'école Espérance banlieues

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Champagne-Ardenne

Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a examiné ce mardi 2 avril la légalité de la convention signée entre la ville de Reims et l'association Espérance Banlieues pour occuper le groupe scolaire public Barthou. Le rapporteur public a demandé la résiliation de la convention.

Un bâtiment du groupe scolaire Barthou a été loué à Espérance banlieues.
Un bâtiment du groupe scolaire Barthou a été loué à Espérance banlieues. © Radio France - Sophie Constanzer

Reims, France

L'école crée par Espérance banlieues à Reims devra-t-elle déménager? Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a examiné ce mardi 2 avril la légalité de la convention qui lie la ville de Reims à l'école Espérance Banlieues. Convention de mise à disposition de locaux pour une école hors contrat au sein même du groupe scolaire public Barthou, situé dans le quartier Wilson à Reims. 

L'utilisation exclusive par l'association d'une moitié de cette cour d'école pose problème -- le rapporteur public

L'école a ouvert à la rentrée de septembre 2018 dernier avec 7 enfants. Une installation dénoncée par un syndicat d'enseignants et une partie de l'opposition municipale rémoise estimant qu'elle était "parfaitement irrégulière. Le groupe scolaire Barthou est affecté au service public de l'éducation nationale et une école privée hors contrat ne peut y être installée" avait dénoncé Eric Quénard, conseiller municipal d'opposition à Reims, qui a saisi le Tribunal administratif. 

Accès commun, terrain de sport commun, et la cour de l'école Barthou a été divisée en deux et grillagée pour ouvrir un espace de récréation aux quelques élèves du cours Colibri -nom de l'école-. La ville de Reims a dépensé 41.000 euros pour faire une clôture et ainsi créer une cour d'école spécifique à l'école hors contrat. 

Le rapporteur public demande la résiliation du contrat à compter du 1er juillet

Devant le tribunal administratif de Châlons ce mardi, le rapporteur public a estimé que "l'affectation d'une partie de la cour d'école pose problème". Il a également soulevé l'absence de consultation du conseil d'école Barthou avant la conclusion de la convention entre la ville et Espérances banlieues, or cette consultation est "exigée par le code de l'éducation" précise le rapporteur public. Le conseil d'école a en effet été consultée en mars 2018, alors que la convention a été signée en janvier 2018. 

Le rapporteur public a demandé la résiliation de la convention d'occupation à compter du 1er juillet prochain pour laisser les enfants finir leur année scolaire. Si le tribunal administratif de Châlons va dans le même sens, cela veut dire que l'école Espérance Banlieues de Reims n'aurait alors plus de locaux. Décision attendue le 23 avril.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu