Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Reims : un bureau de poste ferme après l'agression d'un agent, deux personnes interpellées

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

Deux personnes ont été interpellées ce jeudi matin après une agression survenue au bureau de poste de Reims-Cérès (Marne). Les agresseurs s'en sont pris à un agent commercial de la Banque Postale, ce dernier a déposé plainte et a été hospitalisé.

Image d'illustration.
Image d'illustration. © Radio France - Nicolas Blanzat

Le bureau de poste de Reims-Cérès (Marne) est fermé ce jeudi après-midi. Conséquence d'une scène violente survenue un peu plus tôt dans la journée. Selon la direction régionale de La Poste, deux clients de La Banque Postale se sont présentés au guichet vers 11h. Pour des raisons inconnues, ils s'en sont pris à l'agent commercial en lui portant plusieurs coups devant ses collègues et d'autres clients.

La communication de La Poste précise que la police s'est rendue sur place et a procédé à l'interpellation des agresseurs. La victime a été accompagnée au commissariat pour déposer plainte avant d'être hospitalisée "suite à un malaise".

Une cellule psychologique est mise en place

La direction du bureau de poste a pris la décision de fermer le lieu jusqu'à vendredi matin, le temps pour les employés "choqués", de prendre contact avec la cellule psychologique mise en place. "La Poste condamne l'incident et se réserve le droit de clore les comptes bancaires des agresseurs", précise la direction régionale.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess