Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Reims : une centaine de personnes réunie pour rendre hommage à Paula, tuée pour son orientation sexuelle

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Deux semaines après la mort de Paula, tuée à cause de son orientation sexuelle, une centaine de personnes s'est réunie place Saint-Thomas à Reims pour dire non aux violences contre les personnes LGBT.

Une centaine de personnes s'est rendue à l'homme pour Paula.
Une centaine de personnes s'est rendue à l'homme pour Paula. © Radio France - William Gay Costa

Ils étaient une centaine à se réunir sur la place Saint-Thomas, sur l'avenue de Laon à Reims. C'est dans cette rue que vivait Paula, tuée le 7 avril dernier à cause de son orientation sexuelle. Un suspect a depuis été arrêté. Ce samedi, à l'appel de l'association rémoise Exaequo, tous se sont retrouvés pour dire leur ras-le-bol.

Un sentiment d'insécurité permanent

Roxane, militante pour Exaequo, ne pouvait pas rater ce rassemblement, pour évacuer le stress qu'elle a accumulé depuis la mort de Paula : "Je partage le fait d'être une personne trans identitaire et j'habite avenue de Laon aussi. Et c'est vrai, se dire que c'est aussi proche de chez soi, on a toujours peur. C'est une peur collective".

Des militants regroupés place Saint-Thomas à Reims
Des militants regroupés place Saint-Thomas à Reims © Radio France - William Gay Costa

Une insécurité que ressent aussi Pauline. "Ma copine, aujourd'hui, a eu peur de venir au rassemblement, de peur qu'on se fasse taper par la suite, qu'on se fasse agresser par des personnes qui seraient venues nous repérer au rassemblement, explique cette étudiante. Et c'est justement pour ces risques-là, qu'a subis Paula, que l'on doit justement venir à ce genre de rassemblement : pour éviter au plus les risques, qu'ils soient de moins en moins présents dans notre société".  

Plus jamais ça

Malgré tout, l'association Exaequo espère que les consciences vont enfin s'éveiller sur les violences subies par les personnes LGBT. "On peut dire que pour Paula, c'était l'heure la plus sombre et qu'aujourd'hui, on va essayer de voir poindre la lumière du jour, affirme Samuel Tarcy le président. "Pour que plus jamais ça n'arrive. En espérant que cette fois, on le dise pour la dernière fois". 

Le 17 mai, comme chaque année, Exaequo célébrera la mémoire de François Chenu, lui aussi victime de la haine homophobe à Reims en 2002. Cette journée sera aussi dédiée à Paula.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess