Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Reims : une reconstitution pour comprendre les circonstances de la mort de Bastien Payet

Par

Une reconstitution est organisée ce vendredi soir, à 18h30 rue Jeanne-d'Arc à Reims pour mieux comprendre l'implication des trois suspects de la mort de Bastien Payet, dans la nuit du 8 au 9 mars 2019.

Le slameur rémois Bastien Payet
Le slameur rémois Bastien Payet © Radio France - Les Ateliers du slam sur Facebook

Les trois hommes suspectés d'avoir frappé à mort le jeune Bastien Payet à Reims en mars 2019 vont retourner sur les lieux du drame. Ce soir à 18h30, rue Jeanne-d'Arc, une reconstitution des faits est organisée. Près de deux ans après les faits, les enquêteurs, mais aussi les proches de l'étudiant espèrent enfin savoir ce qui s'est passé ce soir-là.

Publicité
Logo France Bleu

Le déroulé de l'agression reste encore flou, malgré deux ans d'enquête. Dans la nuit du 8 au 9 mars 2019, Bastien Payet est pris à parti par trois individus qui s'en prennent à ses amis alors qu'ils marchent dans la rue. Il leur tient tête. A ce moment, la situation dérape : il reçoit de très nombreux coups de poings et de pied et la bagarre tourne au lynchage. Transporté à l'hôpital, l'étudiant succombe à ses blessures au matin. 

Mais depuis l'arrestation des agresseurs présumés, difficile pour les enquêteurs de comprendre qui a porté quels coups. Les trois suspects ne cessent de se renvoyer la balle. Tout l'enjeu de cette reconstitution, c'est d'enfin confronter les trois suspects pour tenter de faire émerger la vérité. L'un, dont l'ADN de la victime a été retrouvé sur sa chaussure, sera extrait de sa prison pour l'occasion. Les deux autres, placés sous contrôle judiciaire l'été dernier, arriveront libres.

Je n'arrive pas à m'expliquer que ces gars-là aient pu oublier cette scène

L'avocate de la mère, du beau-père et de la fiancée de Bastien Payet, Maître Pauline Manesse, espère beaucoup de cette reconstitution. "Nous savons que l'un des trois protagonistes est confondu par son ADN et que les témoins mettent en cause un deuxième protagoniste. Nous espérons que cette reconstitution permettra de les mettre face à leurs déclarations", explique l'avocate.

Pour autant, elle craint que les suspects ne continuent à rester sur leurs positions de départ : "Le jeu de ces gens-là, c'est de dire qu'ils sont amnésiques", déplore-t-elle. "Pour nous, ça ne tient pas la route (...). Notre but, c'est de les obliger à se remémorer cette scène qui doit être restée gravée dans leurs mémoires, parce que ce n'est pas tous les jours qu'on se retrouve dans ce genre de situations. Et je n'arrive pas à m'expliquer que ces gars-là aient pu oublier cette scène". 

Publicité
Logo France Bleu