Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Double meurtre à l'hôpital de Pau : relâcher ou pas la surveillance psychiatrique de Romain Dupuy

Depuis plus de 16 ans, le double meurtrier de l’hôpital psychiatrique de Pau est interné au sein de l'Unité pour Malades Difficiles de Cadillac en Gironde. Ce mardi matin, la justice examine sa sortie éventuelle de cette structure quasi carcérale.

Romain Dupuy en 2007 arrivant au palais de justice de Pau
Romain Dupuy en 2007 arrivant au palais de justice de Pau © Radio France - Jean-Louis Duzert (maxppp)

Romain Dupuy doit-il, peut-il, sortir de l'Unité pour Malades Difficiles de Cadillac ? C'est la question posée ce mardi matin à un juge de Bordeaux. Romain Dupuy, l'auteur du double meurtre du CHP de Pau en décembre 2004 a été déclaré irresponsable. Il a fait l'objet d'un non-lieu psychiatrique en 2008. Plus de 16 ans après les faits, il est toujours dans cette UMD où il a été admis après sa garde à vue. Il est hospitalisé sous un régime quasi carcéral, et plusieurs experts considèrent aujourd'hui qu'il pourrait intégré une structure fermée "normale". 

Seule la préfète peut décider

Mais cette décision, il n'y a que la préfète de Gironde qui peut la prendre. Elle s'y refuse depuis plusieurs années maintenant. La préfète de Gironde explique qu'elle s'oppose à sa sortie d'UMD parce que cela entraînerait un risque d'évasion plus important et aussi la possibilité d'accéder plus facilement à des produits stupéfiants. Maître Hélène Lecat ne comprend pas ce qu'elle considère comme un enfermement :  "C'est comme si on voulait le laisser enfermé ad vitam æternam. Il est complètement stabilisé depuis le 11 janvier 2018."

L'audience a lieu à 10 heures ce mardi matin. À 8h15, ce mardi matin sur France Bleu Béarn Bigorre, Roland Coutanceau, expert psychiatre auprès de la justice et l'un des grands pontes de ce que l'on appelle la "psychiatrie légale" revenait sur cette affaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess