Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Relaxe pour l'institutrice accusée de diffamation par le maire de Beaumont-sur-Sarthe

mardi 28 août 2018 à 16:31 Par Ruddy Guilmin, France Bleu Maine

Lors d'un conflit entre l'école et la municipalité, l'institutrice avait témoigné dans la presse des présumées méthodes d'intimidation employées par le maire. La plainte en diffamation déposée par l'élu a été rejetée par le tribunal au motif de la prescription.

Mobilisation des parents d'élèves contre le maire en octobre 2016
Mobilisation des parents d'élèves contre le maire en octobre 2016 © Radio France - Yann Lastennet

Beaumont-sur-Sarthe, France

Le tribunal du Mans a relaxé ce mardi une institutrice de l'école publique de Beaumont-sur-Sarthe accusée de diffamation publique par le maire de la commune. Sans se prononcer sur le fond, les juges ont estimé que les faits étaient prescrits car le délai légal dans ce type d'affaire (trois mois) a été dépassé. Autrement dit, au cours de l'enquête, il s'est écoulé plus de trois mois entre deux actes d'instructions, ce qui a mené automatiquement à cette décision.

Le maire de Beaumont-sur-Sarthe, François Robin, accusait cette enseignante d'avoir rapporté dans deux journaux (Les Alpes mancelles libérées et Ouest-France) un épisode peu flatteur à son égard, lors d'un conflit entre l'école et la mairie, à la rentrée 2016. Elle décrivait ainsi une discussion "musclée" au cours de laquelle, selon l'enseignante, le maire se serait montré invasif et intimidant.

Lors de l'audience le 9 juillet, François Robin avait demandé un euro symbolique pour le préjudice subi. Il a donc été débouté de cette demande. L'institutrice, elle se dit "vraiment soulagée que tout s'arrête, indique son avocate, Me Anne Cesbron, elle va pouvoir souffler, passer à autre chose et préparer sa rentrée sereinement. En revanche, elle est attristée d'être arrivée jusque devant le tribunal car elle n'a jamais posé de problème et a toujours été très investie dans son métier."