Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Relaxe pour Martine Landry, la militante niçoise d'Amnesty International

vendredi 13 juillet 2018 à 18:55 Par Justine Leclercq, France Bleu Azur

Le tribunal correctionnel de Nice a relaxé ce vendredi 13 juillet 2018, la militante Martine Landry poursuivie pour aide à l'entrée de deux migrants mineurs il y a un an entre l'Italie et Menton.

La militante Martine Landry soulagée après sa relaxe.
La militante Martine Landry soulagée après sa relaxe. © Radio France - Justine Leclercq

Nice, France

La militante d'Amnesty International, Martine Landry a été relaxée ce vendredi 13 juillet. Le tribunal correctionnel de Nice a estimé que la Niçoise de 73 ans n'avait "à aucun moment cherché à se soustraire à la loi pour aider deux  mineurs de 15 ans entre l'Italie et Menton, mais qu'elle avait au contraire agi dans l’intérêt des deux enfants".  A trois reprises le procès de Martine Landry a été reporté faute de documents précis. La septuagénaire s'est dit soulagée et émue après cette relaxe.  La militante niçoise se bat depuis près d'un an pour prouver qu'elle a agi par bienveillance pour remettre à la police aux frontières de Menton, deux mineurs Guinéens refoulés par l'Italie afin qu'ils soient pris en charge comme le prévoit le droit international.

Action fraternelle

Le tribunal correctionnel de Nice a souligné dans son délibéré "l'action fraternelle" de Martine Landry. Cette relaxe intervient une semaine après la décision du Conseil Constitutionnel qui a reconnu le principe de fraternité pour tous ceux qui aident de façon désintéressée les sans papiers. Martine Landry a promis de continuer son combat pour relever les irrégularités à la frontière franco-italienne dans l'accueil des sans-papiers.