Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Rémunération de Carlos Ghosn : il n'y a pas eu fraude sur les années 2017 et 2018 selon Renault

jeudi 10 janvier 2019 à 21:57 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Alors que la justice japonaise doit se prononcer vendredi sur le sort de Carlos Ghosn, Renault a publié jeudi les résultats de l'enquête interne lancée fin novembre sur les rémunérations de ses principaux dirigeants. Elle conclut "à l'absence de fraude" pour les années 2017 et 2018.

Carlos Goshn, PDG de Nissan et Renault, le 19 novembre 2008 à Los Angeles (Etats-Unis)
Carlos Goshn, PDG de Nissan et Renault, le 19 novembre 2008 à Los Angeles (Etats-Unis) © Maxppp - PHIL MCCARTEN

L'audit interne lancé fin novembre par Renault sur les rémunérations de ses principaux dirigeants et notamment celles du PDG du groupe français, Carlos Ghosn, a conclu "à l'absence de fraude" pour les années 2017 et 2018.

C'est ce qu'a indiqué le groupe automobile à l'issue d'une réunion des administrateurs jeudi soir : "La mission a examiné les éléments de rémunération des membres actuels du comité exécutif du groupe Renault pour les exercices 2017 et 2018 et a conclu à leur conformité et à l'absence de fraude."

L'enquête interne se poursuit

"Conformément à la saisine initiale, la mission se poursuivra sur les exercices antérieurs", a précisé toutefois le constructeur français dans un communiqué et "il en sera rendu compte de la même manière dès la prochaine séance du Conseil d'administration".

D'après le groupe, cette enquête est conduite "par des experts internes issus de la Direction de l'éthique" de l'entreprise "assistés d'experts externes indépendants". 

La justice japonaise doit rendre vendredi une décision sur l'avenir judiciaire du magnat de l'automobile, incarcéré au Japon depuis cinquante jours. Carlos Ghosn a été mis en examen le 10 décembre pour dissimulation aux autorités boursières d'une partie de ses revenus perçus chez Nissan : environ 5 milliards de yens (38 millions d'euros) sur cinq années, de 2010 à 2015.

  - Visactu
© Visactu