Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Meurtre d'Agnès Marin

Le procureur René Pagis se confie cinq ans après le meurtre d'Agnès au Chambon-sur-Lignon

Auvergne, Le Chambon-sur-Lignon, France

L'ancien procureur de la République du Puy-en-Velay s'apprête à publier un livre retraçant les moments forts de ses carrières de gendarme, puis de magistrat. L'affaire du meurtre de la collégienne en avril 2011 en Haute-Loire a particulièrement marqué sa vie professionnelle.

René Pagis, ancien procureur de la République du Puy-en-Velay - Photo de 2011
René Pagis, ancien procureur de la République du Puy-en-Velay - Photo de 2011 © AFP - Philippe Desmazes

Le 18 novembre 2011, le cadavre calciné d'Agnès Marin est retrouvé par les gendarmes dans le bois du collège-lycée Le Cévenol au Chambon-sur-Lignon en Haute-Loire. C'est le meurtrier qui conduira finalement les enquêteurs vers le corps de l'adolescente violée et assassinée deux jours plus tôt. Au terme de deux procès au Puy-en-Velay, puis à Riom, Matthieu Moulinas, âgé de 17 ans au moment des faits, a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour le viol et le meurtre d'Agnès. Une première judiciaire pour un mineur. On apprendra quelque temps après l'assassinat, que Matthieu avait intégré le Cévenol alors qu'il était sous le coup d'un contrôle judiciaire strict. Une décision prise à la suite d'une affaire de viol aggravé en 2010 dans le Gard, pour laquelle il avait effectué quatre mois de détention provisoire.

"Il fallait se détacher de tout sentiment pour gérer sereinement ce dossier" - René Pagis

L'affaire "Agnès Marin" a résonné bien au-delà de l'Auvergne, puisque de nombreux médias nationaux et étrangers sont venus au Chambon-sur-Lignon pour relater ce terrible assassinat. Une affaire qui a évidemment marqué le Procureur de la République de l'époque, René Pagis. Dans son livre "Dans la salle des pas perdus" à paraître en avril prochain aux Éditions De Borée, l'ancien gendarme devenu magistrat raconte notamment les coulisses de l'enquête et la médiatisation de ce fait divers hors norme. L'ancien procureur confie la maîtrise dont il a fallu faire preuve face à Matthieu Moulinas, avant ses aveux. René Pagis raconte également l'épreuve la plus douloureuse de cette affaire, lorsqu'il a fallu prévenir les parents d'Agnès Marin.

René Pagis revient pour France Bleu sur l'affaire Agnès Marin

En avril dernier, Sophie et Dominique Moulinas avaient confié leur douleur et leur peine sur France Bleu, à l'occasion de la sortie d'un livre intitulé "Parents à perpétuité". Ils y racontaient le poids de la culpabilité d'avoir mis au monde un futur violeur meurtrier.

 La forêt du lycée Cévenol où a été retrouvé le corps d'Agnès Marin
La forêt du lycée Cévenol où a été retrouvé le corps d'Agnès Marin © Maxppp - Richard Brunel
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu