Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Rennes : 20 ans de prison requis contre l'artisan accusé de 14 viols sur mineurs

L'avocat général de la Cour d'Assises d'Ille-et-Vilaine a prononcé ses réquisitions ce jeudi 28 novembre au procès de l'artisan accusé de viols et agressions sexuelles sur 14 victimes.

La salle d'audience des Assises d'Ille-et-Vilaine où se déroule le procès.
La salle d'audience des Assises d'Ille-et-Vilaine où se déroule le procès. © Radio France - Fanny Beaurel

Rennes, France

Ouvert depuis le mercredi 13 novembre, le procès de l'artisan breton de 59 ans accusé d'agressions sexuelles et de viols sur 14 mineurs touche bientôt à sa fin à la Cour d'Assises d'Ille-et-Vilaine. Ce jeudi 28 novembre, après dix jours d'audience, interrompus par l'hospitalisation de l'accusé, l'avocate générale a prononcé ses réquisitions.

La peine maximale

Elle a requis 20 années de réclusion criminelle assorties d'une peine de sûreté de 13 ans. L'avocate générale a également demandé un suivi socio-judiciaire de 20 ans pour l'accusé. C'est la peine maximale, elle n'aurait pas pu requérir plus. "On ne peut pas impunément violer, saccager, briser la vie d'enfants sans avoir à en répondre devant la justice" dit elle et elle insiste sur les faits qui se sont étalés sur 27 ans entre 1988 et 2015 et  sur le nombre de victimes : 14 dont elle égrène un à un les prénoms. Pour ces enfants âgés à l'époque des faits de 4 à 14 ans, il était un père, un oncle, un ami de leurs parents, ou le père de leurs copines d'école. Leur préjudice est marqué à vie rappelle l'avocate générale qui dénonce "le scandale absolu d'un homme qui imaginait des jeux pour imposer des attouchements et des viols à des enfants". "On a affaire à quelqu'un d'inquiétant" poursuit-elle avant donc de requérir 20 ans de réclusion assortis d'un suivi socio judiciaire également de 20 ans. L'accusé lui ne bouge pas, il a recouvert son visage d'un mouchoir blanc tout au long de ces réquisitions, en tournant le dos à la salle. 

"Une première victoire"

Sophie a assisté aux trois semaines d'audience. Cette jeune femme de 32 ans est venu de Lyon pour suivre ce procès et pour y témoigner des agressions sexuelles dont elle a été victime quand elle avait neuf ans. L'accusé était le père de ses copines. Ils habitaient dans le même quartier. Une plainte a été déposée en 1997 mais l'affaire a été classée sans suite avant de resurgir en 2015. "_Ce sont des traces d'agression qui resteront gravées à vie, on ne peut pas le gommer mais au moins 20 ans de prison, il ne pourra pas faire de mal à d'autres enfants_. C'est déjà une première victoire cette demande de condamnation mais pour l'instant ce n'est pas définitif" réagit elle après les réquisitions. Ce procès aura été salvateur pour elle. "Cela m'a aidé même si ça a été dur pendant ces trois ans de procédure. Au moins je peux tourner la page, ça va me permettre d'avancer dans ma propre vie" conclut-elle.

Le verdict sera rendu ce vendredi 29 novembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu