Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rennes : après la mort d'un videur vendredi soir, la rue de la soif entre colère et émotion

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu
Rennes, France

Dans la nuit de vendredi à samedi, à Rennes, le videur d'un bar de la rue de la soif est mort après avoir reçu un coup de couteau. Le suspect, un SDF de 27 ans, s'est rendu de lui-même au commissariat. Le drame suscite l'émotion et la colère des habitués, qui accusent la police d'inaction.

Toute la journée, des habitués du bar sont venus témoigner de leur soutien.
Toute la journée, des habitués du bar sont venus témoigner de leur soutien. © Radio France - Romain Pouzin Roux

Les portes de l'Aeternam sont restées closes ce samedi. Des fleurs jonchent le sol d'ordinaire occupé par les terrasses de ce bar, l'un des plus fréquentés de la rue Saint-Michel, mieux connue sous le nom de "rue de la soif". C'est ici que la veille, l'un des videurs, âgé de 35 ans, a reçu un coup de couteau à la gorge. Il est mort sur place sous les yeux des clients, après une altercation avec un homme de 27 ans, aujourd'hui poursuivi pour homicide volontaire.

Devant le mémorial improvisé, les passants s'interrogent et ne masquent pas leur choc quand ils apprennent le drame qui s'est déroulé. Certains ne s'en sont toujours pas remis. C'est le cas de Guillaume, qui est venu déposer un bouquet de roses. "Je trouve que c'est un minimum de mettre des fleurs"', lâche-t-il, encore secoué. Vendredi soir, il était sur la terrasse avec des amis lorsqu'il a vu le videur s'effondrer. "L'Aeternam est l'un des meilleurs bar de la rue", regrette-t-il. "Mettre un coup de lame parce qu'on nous refuse l'entrée, c'est tellement dérisoire et c'est dramatique".

Ecoutez le récit de Guillaume, qui a vu le drame se dérouler sous ses yeux

La colère des commerçants 

Dans les bars de la rue de la soif, le malaise est palpable. Aucun des propriétaires ne souhaite s'exprimer officiellement. Hors micro, certains acceptent tout de même de se livrer. Des mots de colère. "Depuis des années, on demande à la mairie et à la police de faire quelque chose", tempète l'un d'entre eux. "Ils laissent faire donc, forcément, ce genre de drames se produisent".

Si les débuts de soirée sont festifs, passée une certaine heure, la rue de la soif peut parfois devenir beaucoup moins fréquentable. Altercations et bagarres se produisent régulièrement. "Depuis des années, on voudrait que la police renforce sa présence policière pour faire baisser la pression et on attend toujours", se désole un autre barman. "Au lieu de ça, c'est nous qui sommes leurs cibles". Timothée, un habitué des soirées rue de la soif du week-end, résume bien le sentiment général : "Il y a un commissariat à vingt mètres et on ne voit jamais personne".

Ecoutez le coup de gueule de Timothée : "Les flics ne viennent jamais ici"

L'auteur du coup de couteau connu de la justice

Vendredi soir, seulement un quart d'heure après avoir porté les coups de couteau au videur, l'homme de 27 ans s'est rendu lui-même au commissariat de Rennes. Contrairement à ce qui avait été annoncé, il n'était pas ivre. L'éthylotest s'est révélé négatif. En revanche, la police le soupçonne d'avoir consommé des stupéfiants. Les analyses sanguines devraient rapidement l'établir.

Cet homme, qui s'est présenté à la police comme un "sans domicile fixe", est connu de la justice. Il a été condamné en 2013 pour des faits de violence. Dimanche matin, il était encore en garde à vue pour homicide volontaire. Il devait être présenté à un juge d'instruction pour une mise examen. L'enquête, quant à elle, cherche à lever les dernières zones d'ombres sur le déroulé exact du drame.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess