Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Rennes. Des sans-papiers du campement des Gayeulles s'installent dans le gymnase de la poterie

-
Par , France Bleu Armorique

Une trentaine de sans-papiers en provenance du campement des Gayeulles à Rennes se sont installés cet après-midi dans le gymnase de la poterie. Avec le froid et la pluie des derniers jours, le campement était devenu invivable d'après les associations.

Vue aérienne du site occupé par les personnes sans papiers
Vue aérienne du site occupé par les personnes sans papiers - Capture d'écran Google street view

Rennes, France

Une trentaine de personnes sans-papiers du campement des Gayeulles à Rennes ont trouvé cet après-midi un gymnase pour se mettre à l'abri des intempéries, au 167 rue de Vern. Il s'agit principalement de personnes célibataires, ainsi que quelques familles avec des enfants majeurs. Il n'y a aucun mineur dans le gymnase.

Plusieurs associations les ont accompagné dans cette installation. Nicolas Mazard, membre de l'association Un toit c'est un droit raconte ce geste : "Ces personnes ne voulaient plus rester au campement des Gayeulles. avec la pluie des derniers jours, la boue, le froid, c'est devenu invivable. Il fallait une mise à l'abri d'urgence."

Selon cet associatif, le gymnase était ouvert lorsque les personnes sans-papiers ont pénétré dans les lieux. Des personnels de la mairie se sont rendus sur place pour constater l'occupation.

S'il s'agit d'un gymnase scolaire, pour Nicolas Mazard l'urgence de la situation fait passer cette occupation devant l'utilisation des enfants. "On parle de gens qui dorment dehors, dans un campement indigne d'une ville comme Rennes. S'il doit y avoir une opération de police, nous sortiront dans le calme. Mais nous attendons surtout des solutions d'hébergements de la part des autorités."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu