Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Rennes : deux policiers jugés pour violation de domicile et violence aggravée

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu

Deux policiers comparaissaient ce mardi 6 août devant le tribunal correctionnel de Rennes pour être entrés dans un domicile sans en avoir l'autorisation. Ils sont aussi soupçonnés d'avoir violenté un jeune homme.

Voiture de police (illustration).
Voiture de police (illustration). © Radio France - Sixtine Lys

Rennes, France

Deux fonctionnaires de police de Rennes ont comparu ce mardi 6 août devant le tribunal de grande instance de Rennes pour violation de domicile et violence aggravée dans l'exercice de leurs fonctions, selon l'AFP.

Ces deux policiers en uniforme sont soupçonnés d'être entrés dans le domicile d'une famille rennaise alors qu'ils n'avaient pas de mandat pour le faire. Les faits se sont produits dans la nuit du 8 au 9 novembre 2018 vers 1h30 du matin.  L'un des policiers a fait usage de sa bombe lacrymogène sur les habitants. La scène a été filmée et diffusée lors de l'audience.

"Étranglé" par un des policiers

Les policiers ont expliqué avoir repéré dans la rue un jeune homme de 18 ans au comportement suspect. Ils ont procédé à son interpellation dans le jardin d'une maison qui s'est avérée être celle de ses parents. Ce jeune homme aurait alors appelé au secours car l'un des policiers "l’étranglait" a-t-il expliqué dans sa déposition. Son père est sorti et les deux hommes se sont réfugiés dans leur maison. Ils ont été poursuivis par les fonctionnaires de police.

Le procureur a évoqué des policiers "qui ont perdu leur sang froid". Il a requis six mois de prison avec sursis et un retrait d'autorisation de port d'arme de six mois pour l'un des deux agents. Le second prévenu risque une peine de trois mois de prison avec sursis. L'affaire a été mise en délibéré au 3 septembre.