Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Rennes : l'artisan condamné à 19 ans de réclusion pour des viols sur 14 mineurs

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel, France Bleu

À Rennes, la Cour d'assises d'Ille-et-Vilaine a condamné ce vendredi le maçon de 59 ans à une peine de 19 ans de réclusion criminelle assortie d'une peine de sûreté des deux tiers. Le quinquagénaire comparaissait depuis trois semaines pour agressions sexuelles et viols sur 14 mineurs.

Cour d'Assises de l'Ille-et-Vilaine à Rennes.
Cour d'Assises de l'Ille-et-Vilaine à Rennes. © Radio France - Céline Guetaz

Rennes, France

Le verdict est tombé vendredi 29 novembre au terme de trois semaines de procès. La Cour d'assises d'Ille-et-Vilaine condamne le maçon de 59 ans à une peine de 19 ans de réclusion criminelle assortie d'une peine de sûreté des deux tiers et obligation de soins. Le quinquagénaire est reconnu coupable de viols sur mineurs et d'agressions sexuelles. Il est désormais inscrit au Fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes. 14 personnes étaient parties civiles dans ce procès hors norme dont les deux filles de l'accusé. Des faits qui s'étaient étalés sur 27 ans entre 1988 et 2015. L'accusé est passé aux aveux durant le procès. Ce jeudi, l'avocate générale a requis une peine de 20 ans de réclusion criminelle.

Soulagement des victimes

Les victimes se disent soulagées à l'annonce du verdict. Pour maître Jérôme Stephan, l'un des avocats des parties civiles, la peine prononcée "est de nature à apaiser les victimes, la peine de sûreté leur garantit que l'accusé ne sortira pas de prison avant longtemps". Quant à l'accusé, qui avait caché son visage par un chiffon blanc à l'énoncé du verdict, il a maintenant dix jours pour faire appel de sa condamnation.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu