Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Rennes : une détenue bénéficie de la première grâce présidentielle d'Emmanuel Macron

dimanche 27 mai 2018 à 9:39 Par Loïck Guellec et Morgane Heuclin-Reffait, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu

La plus ancienne détenue de France, âgée de 74 ans, a bénéficié de la première grâce présidentielle d'Emmanuel Macron. Sa perpétuité a été commuée en une peine de 20 ans.

Enfermée depuis 33 ans
Enfermée depuis 33 ans - Maxppp

Rennes, France

Elle est la plus ancienne détenue de France. Détenue à Rennes, Marie-Claire F., âgée de 74 ans va bénéficier d'une grâce présidentielle. C'est la première d'Emmanuel Macron depuis son élection.  "C'est une grâce partielle donc elle ne sort pas du régime de détention mais du régime de la perpétuité, explique son avocate Virginie Bianchi. Elle restera hospitalisée d'office mais juridiquement elle a accès à des permissions de sortie encadrées par l'institution psychiatrique".

C'est plus qu'un soulagement c'est merveilleux !

Cette ancienne prostituée, née en Guadeloupe, avait été condamnée en 1988 à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre de l'un de ses clients. Depuis 1997, elle est placée en service psychiatrique mais toujours sous écrou. "Par exemple, lorsque des sorties thérapeutiques sont organisées sous encadrement psychiatrique, elle ne pouvait pas jusqu'à présent y participer car elle était condamnée à perpétuité, explique Maître Bianchi. La grâce partielle lui permet aujourd'hui, avec l'autorisation d'un juge, d'en bénéficier".

Dernièrement, par la voie de son avocate, elle demandait à être hospitalisée en psychiatrie en raison de sa fragilité et non plus en milieu carcéral.  Cette femme avait déjà fait plusieurs demandes de grâce présidentielle qui lui avaient toujours été refusées.