Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rennes : un couple de Chinois soupçonné de proxénétisme devant la justice

Deux Chinois comparaissaient ce lundi 4 novembre devant le tribunal correctionnel de Rennes, poursuivis pour proxénétisme et blanchiment d'argent. Ils sont soupçonnés d'avoir aidé de jeunes chinoises à se prostituer pendant au moins trois ans à Rennes, Nantes, Le Mans, Angers et Annemasse.

Les jeunes femmes échangeaient pas message avec "Soeur Xia" et reversaient 10% de leur bénéfice.
Les jeunes femmes échangeaient pas message avec "Soeur Xia" et reversaient 10% de leur bénéfice. © Maxppp - Maxppp

Un couple de Chinois comparaissait devant le tribunal correctionnel de Rennes ce lundi 4 novembre. Un homme de 32 ans, gérant d'un restaurant de sushis à Rennes et une femme de 40 ans, sans emploi et en séjour irrégulier sur le territoire. Tous les deux sont soupçonnés d'avoir été à la tête d'un réseau de prostitution dans l'Ouest de la France à Rennes, Nantes, Le Mans, Angers mais aussi Annemasse à la frontière Suisse. En près de trois ans, le couple aurait amassé entre 250.000 euros (selon leurs avocates) et un million d'euros (selon les enquêteurs) grâce à six femmes qui se prostituaient dans des appartements.

Un brillant étudiant en maths devenu restaurateur

Lui est un brillant étudiant arrivé à Rennes pour apprendre les maths mais qui faute de travail a ouvert un petit restaurant de sushis. Ses parents restés en Chine sont plutôt aisés, mais notre jeune trentenaire gagne à peine le Smic. En 2016, le célibataire s'offre les services de Xia, fraîchement arrivée de Chine. Un "intermédiaire" lui avait promis du travail en France, mais après quelques petits boulots elle est très vite tombée dans le monde de la prostitution

Les filles gagnaient entre 100 et 700 euros par jour

De cette rencontre d'un jour va naître une histoire d'amour et un business plutôt juteux. Le restaurateur a envie d'aider sa compagne. Peu de temps après le début de leur histoire, les deux tourtereaux recrutent de jeunes chinoises arrivées en France légalement. Les filles se prostituent dans des appartements loués grâce à un prête-nom. Selon les endroits où elles travaillent elles gagnent de 100 à 700 euros par jour et reversent 10% à celle qu'elles appellent "sœur Xia". Tous les mois, les filles changent d'appartement. 

Un train de vie plutôt modeste

Pas de contrainte, pas de violence, elles travaillent quand elles le souhaitent. L'argent liquide transite lui via le compte d'un autre étudiant chinois. Le couple lui ne mène pas la grande vie. Il vit à Cesson-Sévigné, près de Rennes dans une maison estimée à 140.000 euros. Lui conduit une Audi Q5 à 34.000 euros, mais rien de plus. L'argent récolté permettait en réalité à Xia de payer des médicaments pour son fils atteint d'autisme et resté en Chine avec son mari.

Lors de l'audience, la procureure a une peine de deux ans et demi de prison ferme pour le couple et 200.000 euros d'amende. Le jugement est attendu le 18 novembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu