Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rennes : un employé interpellé pour des agressions sexuelles dans une maison de retraite

Un salarié d'une maison de retraite âgé de 59 ans a été interpellé la semaine dernière et placé en détention provisoire. Il est suspecté d'avoir agressé sexuellement trois résidentes de l'établissement à Rennes (Ille-et-Vilaine). Son procès aura lieu le 10 août 2020.

Un employé suspecté d'avoir agressé sexuellement trois résidentes
Un employé suspecté d'avoir agressé sexuellement trois résidentes © Radio France - Cécile Soulé

Il était employé d'une maison de retraite à Rennes (Ille-et-Vilaine), mais ne faisait pas partie du personnel soignant. Un homme, âgé de 59 ans, a été interpellé la semaine dernière et placé en détention provisoire. Le quinquagénaire est suspecté d'avoir agressé sexuellement trois résidentes dans leur chambre, confirme le procureur de la République de Rennes Philippe Astruc. Il est poursuivi pour "agressions sexuelles sur personnes vulnérables par personne abusant de l'autorité conférée par ses fonctions". Une affaire qui a provoqué beaucoup d'émoi au sein de l'établissement.

Son procès le 10 août 2020

Le procès du salarié de la maison de retraite a été fixé au 10 août 2020 devant le tribunal correctionnel de Rennes. Il sera jugé selon une procédure de comparution à délai différé qui permet au procureur de la République de ne pas ouvrir d'information judiciaire dans l'attente de résultats d'enquête. "Une expertise psychiatrique est en cours", confirme Philippe Astruc. L'homme encourt une peine de dix ans d'emprisonnement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu