Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rennes : un millier de manifestants contre la loi "sécurité globale", un face-à-face avec la police

-
Par , France Bleu Armorique

Suite à l'adoption de la mesure la plus controversée de la loi "sécurité globale" sur la diffusion d'images de policiers, un millier de personnes se sont rassemblées samedi 21 novembre place de la République à Rennes (Ille-et-Vilaine). Un cortège a ensuite été dispersé par les forces de l'ordre.

Les manifestants contestent notamment l'article 24 qui pénalise la diffusion d'images des forces de l'ordre.
Les manifestants contestent notamment l'article 24 qui pénalise la diffusion d'images des forces de l'ordre. © Radio France - Maxime Glorieux

Près d'un millier de manifestants ont bravé le confinement samedi 21 novembre pour un rassemblement contre la loi "sécurité globale" dont l'article le plus controversé a été adopté à l'Assemblée Nationale la veille. L'article 24, qui prévoit la pénalisation de la diffusion d'images des forces de l’ordre, est contesté par les manifestants qui se sont retrouvés place de la République à Rennes. 

Des affrontements avec les forces de l'ordre

De nombreux journalistes étaient présents dans ce rassemblement organisé par le Club de la Presse de Bretagne, en lien avec quatre syndicats (SNJ, SNJ-CGT, CFDT journalistes et SGJ-FO) et le collectif Profession : Pigiste. "Le projet de loi "sécurité globale" s'inscrit dans une suite de textes (loi sur le secret des affaires, loi sur les infox, nouveau schéma du maintien de l'ordre...) qui rognent toujours un peu plus la liberté d'informer", précise le Club de la Presse de Bretagne.

La manifestation, qui a débuté vers 11 heures, s'est prolongée lors d'un face à face avec la police rue Jean Jaurès. Seul le rassemblement statique ayant été autorisé, des gaz lacrymogènes ont été utilisés afin de disperser les quelques centaines de personnes encore rassemblées vers 13h30. Près de 200 manifestants se sont ensuite dirigés vers la place du Général-de-Gaulle pour le rassemblement contre les violences sexuelles et sexistes à l'initiative du collectif Nous Toutes 35. 

Une première manifestation avait eu lieu mardi 17 novembre à Rennes durant laquelle plus de 350 personnes s'étaient rassemblées à l'appel de la Ligue des droits de l'Homme, la FSU, Attac, la CGT ou encore Extinction Rébellion.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess