Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Rennes : un policier mis en examen pour blessures involontaires sur un "gilet jaune"

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

Un policier a été mis en examen pour blessures involontaires après la perte d'un oeil par un manifestant, en 2019 à Rennes, lors d'un rassemblement de gilets jaunes, a indiqué ce jeudi le procureur de la République. La victime, originaire de Quimperlé, avait porté plainte contre X et contre l'Etat.

Un policier a été mis en examen pour blessures involontaires
Un policier a été mis en examen pour blessures involontaires © AFP - Valentin Belleville

Le procureur de la République de Rennes indique ce jeudi qu'un policier a été mis en examen pour blessures involontaires. En 2019, à Rennes, un manifestant avait perdu un oeil après le jet d'une grenade de désencerclement lors d'une manifestation des "gilets jaunes".  

Appel du parquet

Gwendal Leroy, 27 ans, participait à l'acte 10 des "gilets jaunes" le 19 janvier à Rennes lorsqu'il a été atteint à l'oeil par un tir de grenade. Il avait porté plainte contre X et contre l'État. Le parquet avait ouvert une information judiciaire pour "blessures involontaires" le 27 décembre 2019. "Le magistrat instructeur avait, par ordonnance du 2 mars 2020, refusé de mettre le policier en cause en examen. _Sur appel du parquet_, la chambre de l'instruction de la cour d'appel a, le 2 octobre 2020, infirmé cette ordonnance et mis en examen l'intéressé", a déclaré le procureur de Rennes Philippe Astruc. L'information judiciaire se poursuit. 

Appréciation au cas par cas

"Le positionnement du parquet dans cette affaire démontre qu'il n'y a pas de la part du ministère public de posture mais une appréciation au cas par cas des éléments de chaque procédure et chaque situation. Aucune responsabilité de policier ou de gendarme ne sera bradée, mais aucune ne sera éludée", a précisé le procureur. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess