Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rennes : un procès pour homicide involontaire après la mort de Maëva, fauchée par une voiture de police

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu

INFO FRANCE BLEU - Au début du mois de janvier, une voiture de police a percuté une jeune femme à Rennes alors qu'elle traversait à un passage piéton. Maëva, 21 ans, est décédée des suites de ses blessures. Le procureur de la République vient de décider de poursuivre les deux policiers.

L'accident s'est produit près de l'arrêt de bus Pont de Châteaudun à Rennes
L'accident s'est produit près de l'arrêt de bus Pont de Châteaudun à Rennes © Radio France - Thomas Coignac

Maëva avait 21 ans quand elle a perdu la vie dans la nuit du mercredi 8 au jeudi 9 janvier à Rennes. La jeune femme revenait de soirée et sortait du bus à l'arrêt Pont-de-Chateaudun quand elle a été percutée par une voiture de police banalisée. A bord, deux agents de la brigade cynophile qui se rendaient sur une opération. La jeune femme n'a pas survécu à ses blessures. Un autre piéton de 23 ans, fauché par la même voiture, avait dû être hospitalisé.

Quelques heures après ce tragique accident, le procureur de la République de Rennes avait saisi l'IGPN, la police des polices. Les deux agents avaient alors été entendus. Les tests d'alcool et de stupéfiants s'étaient révélés négatifs. 

Vitesse excessive et absence du "deux tons"

Un peu plus de six mois après les faits, Philippe Astruc, le procureur de la République, a pris connaissance de l'enquête diligentée par l'IGPN. Il a décidé d'engager des poursuites par citation directe contre les deux gardiens de la paix pour homicide involontaire et blessures involontaires par imprudence : le conducteur du véhicule parce qu'il roulait trop vite, et son collègue parce qu'il n'a pas activé la sirène "deux tons" dans cette "zone dangereuse".

Cette procédure par citation directe réduit le délai d'enquête. Les deux fonctionnaires seront jugés par le tribunal correctionnel de Rennes qui dira alors si la responsabilité pénale des deux policiers peut être retenue et s'ils doivent être condamnés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu