Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Rennes : une personne décède après un suicide au centre de rétention administrative

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Un homme, âgé de 35 ans, d'origine roumaine, est décédé ce week-end au CHU de Rennes après avoir tenté de se suicider au centre de rétention de Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes. L'association Cimade dénonce une détresse grandissante chez des personnes placées en rétention.

Le centre de rétention administrative de Rennes
Le centre de rétention administrative de Rennes © Maxppp - Christian Tual

Rennes, France

Un homme âgé de 35 ans, d'origine roumaine, avait tenté de mettre fin à ses jours le 19 décembre 2019 par pendaison. Il avait été enfermé la veille au centre de rétention administrative de Saint-Jacques-de-la-Lande, près de Rennes. Transporté au CHU de Rennes, il est décédé ce week-end indique la préfecture d'Ille-et-Vilaine à l'AFP.

Situations de détresse

La Cimade, l'association de défense des migrants, dénonce ce nouveau suicide dans un centre de rétention administrative (CRA). "Ces gestes se multiplient depuis l'élection présidentielle" déplore Paul Chiron de la Cimade à Rennes "cinq décès sont à déplorer depuis mai 2017 dont deux cette année aux CRA de Vincennes et de Rennes. La Cimade n'avait jamais connu une telle situation depuis que l'association est présente dans les centres de rétention en 1984". Paul Chiron évoque une grande détresse et une grande fragilité psychologique "allant jusqu'à des actes d'automutilation". Selon la Cimade, les préfectures ne procèdent pas à des examens assez approfondis des personnes qui sont enfermées dans ces centres.

Actuellement à Rennes, une quarantaine de personnes sont enfermées au centre de rétention administrative.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu