Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le nouveau procureur d'Epinal va poursuivre la lutte contre la délinquance routière

mardi 25 septembre 2018 à 12:24 Par Hervé Toutain, France Bleu Sud Lorraine

La vingtaine de magistrats du Tribunal de Grande Instance d' Epinal dans les Vosges, ont fait leur rentrée solennelle ce 25 septembre. Très attendu le discours du nouveau procureur de la République Nicolas Heitz.

Magistrats du Tribunal de Grande Instance d'Epinal
Magistrats du Tribunal de Grande Instance d'Epinal © Radio France - Hervé Toutain

Épinal, France

Le Tribunal de Grande Instance d’Épinal (Vosges) faisait sa rentrée solennelle ce mardi matin 25 septembre. Les nouveaux magistrats ont pris officiellement leurs fonctions. 

Dans un discours très attendu, le nouveau procureur de la République, Nicolas Heitz s'est placé dans la continuité de son prédécesseur Etienne Manteaux parti à Besançon. "Le TGI d’Épinal est une belle machine qui fonctionne bien et mon rôle comme chef d'équipe est que cela continue dans les meilleures conditions possibles" a souligné Nicolas Heitz qui veut agir dit-il dans la bienveillance et la protection des libertés individuelles.

Le nouveau procureur entend poursuivre la lutte contre la délinquance routière qui représente dit-il 50% des condamnations pénales prononcées par le TGI, d’Épinal.  Mais aussi contre le trafic de stupéfiants, notamment l'héroïne importée des Pays-Bas, et les violences conjugales avec la mise en oeuvre de mesures alternatives à l'incarcération.

L'année dernière le parquet qui compte 7 magistrats a ouvert 22 000 procédures avec un délai d'audiencement de  4 mois. Un temps très court au regard de la moyenne nationale.