Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Reporty c'est fini à Nice

mercredi 21 mars 2018 à 5:38 - Mis à jour le mercredi 21 mars 2018 à 16:31 Par Sébastien Germain et Violaine Ill, France Bleu Azur

Nice suspend son expérimentation concernant l'application de vidéosurveillance Reporty. C'est une demande de la commission nationale de l'informatique et des libertés

La fin du test Reporty à Nice
La fin du test Reporty à Nice © Radio France - Romain Sost

Nice, France

L'application Reporty à Nice c'est terminé. L'application israélienne de vidéosurveillance n'a pas reçu l'accord d'utilisation de la CNIL, la commission nationale de l'informatique et des libertés. L'autorité administrative a demandé d'interrompre l'expérimentation. La CNIL qui n'a pas communiqué publiquement a tout de même fait savoir à  la ville de Nice qu'elle devait arrêter l'expérimentation car : "La loi ne permet pas d'utiliser aujourd'hui ce type de technologie." 

Depuis le 12 janvier :  l'application était en test. Des agents de la ville, depuis leur téléphone portable, pouvait immédiatement être en contact avec le centre de supervision urbaine de la police municipale pour envoyer des images en direct d'un incident.

Christian Estrosi réagit

Un atout pour plus de sécurité selon Christian Estrosi mais une atteinte aux libertés pour la CNIL. Le maire de Nice s'est exécuté en suspendant l'expérimentation mais rétorque que la "CNIL s’oppose aux initiatives prises en matière de sécurité en brandissant la protection des libertés individuelles comme étendard, sans s’intéresser à ceux qui subissent chaque jour des agressions sur leurs propres libertés". Le maire poursuivant: "Ce sont les terroristes et ceux qui veulent porter atteinte à notre démocratie qui bénéficient de cette décision. En tant qu’homme de droite, je considérerai toujours qu’on ne gagne pas la guerre avec les lois de la paix et qu’il nous faut nous adapter en permanence pour combattre la délinquance et le terrorisme qui eux évoluent chaque jour.   La CNIL fait encore une fois la preuve qu’elle ne vit pas avec son temps, restant enfermée dans une époque où les smartphones et les réseaux sociaux n’existaient pas."