Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Procès Jacques Rançon

La perpétuité requise contre Jacques Rançon, le "tueur de la gare de Perpignan"

Au 12e jour du procès du "tueur de la gare" de Perpignan, l'avocat général a requis ce jeudi la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une peine de sûreté de 22 ans. C'est le maximum prévu par la loi. Le verdict est attendu lundi après-midi.

© Maxppp - Olivier GOT

Perpignan, France

Aucune circonstance atténuante. Aux yeux de l'avocat général Luc-André Lenormand, Jacques Rançon mérite la peine maximale prévue par la loi. Il a requis ce jeudi la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d’une période de sûreté de 22 ans, devant la Cour d'assises des Pyrénées-Orientales.

"Jacques Rançon n'a plus rien à faire dans cette société où le droit à la vie est un droit inaliénable"

Au cours de son réquisitoire, l'avocat général a aussi tenu à "saluer le travail remarquable" des policiers et des magistrats mobilisés sur cette affaire hors-norme, "17 longues années  d'enquête à trébucher, de suspects parfaits en fausses pistes".

« Quelle que soit la peine prononcée, elle ne sera pas assez lourde », estiment de leur côté les avocats des parties civiles. « La justice est souvent représentée par une balance. Mais cette fois-ci, il sera impossible d’équilibrer les plateaux ».

Maitre Nicolau : "La peine de mort n'existe plus..."

Dans leurs plaidoiries prononcées ce jeudi matin, Maîtres Philippe Capsié et Etienne Nicolau ont également insisté sur la « dangerosité » de Jacques Rançon, « l’être humain dans ce qu’il a de plus abject », et sur « l’atrocité » de ses crimes. 

Surtout, ils ont voulu faire revivre la mémoire des victimes et leurs « vies explosées ».  Maitre Capsié a voulu avoir un mot pour chacune de ces femmes qui ont eu la malchance de croiser un jour la route de Jacques Rançon : Brigitte, Marilyn, Carole, Nathalie, Nadia, Mokhtaria, Sabrina, Marie-Hélène, Meryl, Virginie, Lolita… 

« Je voudrais être le porte-parole de toutes les victimes », explique Maître Etienne Nicolau, « qu’elles soient directes ou indirectes, passées, présentes… et peut-être futures ». Se tournant vers les jurés, il ajoute : « cela dépend du verdict que vous prononcerez ».

Le verdict attendu lundi

Le procès reprend lundi matin, avec les plaidoiries de la défense. Le verdict est attendu dans l'après-midi, une fois que les jurés auront répondu aux dix questions qui leur sont posées. 

Choix de la station

France Bleu