Faits divers – Justice

Procès des émeutes de Moirans : le jugement sera rendu mercredi

Par Gérard Fourgeaud, France Bleu Isère et France Bleu jeudi 22 septembre 2016 à 19:47

Des voitures incendiées sur la RD 1085 à Moirans. © Radio France - Marie Rouarch
Des voitures incendiées sur la RD 1085 à Moirans. © Radio France - Marie Rouarch © Radio France - Marie Rouarch

Les peines maximales requises jeudi matin par le parquet sont de 12 ou 14 mois de prison ferme pour deux prévenus. Six mois pour un autre et du sursis pour tous les autres. Mais Michel Coste, le procureur, a rajouté que ces peines pourraient être aménagées sous condition d'indemniser les victimes.

Personne n'ira en prison pour les émeutes de Moirans, si, la semaine prochaine, le tribunal correctionnel suit les réquisitions. Le procureur a demandé des peines de prison ferme contre trois des douze prévenus (6, 12 et 14 mois). Or, de telles peines sont systématiquement aménagées. Le Parquet a mis comme condition que les victimes soient remboursées. Tous les avocats y voient un réquisitoire clément .

Le délibéré sera rendu mercredi prochain

Les trois principaux accusés avaient déjà été condamnés auparavant entre 5 et 13 fois chacun, avec des peines de sursis dont le parquet n'a pas demandé la révocation. Du coup, l'avocat de la ville de Moirans, Maître Denis Dreyfus, se demande si le procureur ne se croit pas devant le tribunal pour enfant. L'avocat se pose également des questions sur la capacité des accusés à rembourser les 400.000 euros de dégâts car très peu ont un emploi.

Les dégats sont estimés à plus de 400.000 euros

Le 20 octobre 2015, une soixantaine d'émeutiers avaient barré la ligne SNCF Lyon - Grenoble et la RN 85 pendant douze heures, incendié des voitures. Tout cela pour obtenir une permission de sortie de prison pour un membre de la communauté des gens du voyage qui purgeait une peine de 5 ans pour vol avec violence, afin que ce dernier assiste à l'enterrement de son frère de 17 ans mort après un cambriolage.

Les dégâts sont estimés à  200 000 euros pour la seule SNCF et 230.000 euros pour les voitures incendiées, les entreprises saccagées et la chaussée des départementales 1085 et 120 endommagées par les brasiers.

Le procès des émeutes de Moirans s'est achevé jeudi soir - Radio France
Le procès des émeutes de Moirans s'est achevé jeudi soir © Radio France - Véronique Saviuc

Un procès beaucoup plus court que prévu

Le procès devait durer 2 semaines, il a fait l'objet d'un gros dispositif policier pour assurer la sérénité des débats. Au final, il s'est achevé au bout de quatre jours, la salle d'audience est restée quasiment vide pendant les débats.

Les interrogatoires des prévenus ont souvent tourné court car la plupart n'ont reconnu que leur présence sur la départementale bloquée par une barricade et des feux de palettes, de pneus et de voitures où ils apparaissaient à visage découvert sur les vidéos tournées par la gendarmerie depuis un hélicoptère. Mais ils ont nié être à la gare où ont été constatés les dégats les plus importants.