Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Résidence Paul-Picquet à Sens : les acquéreurs découvrent l'état de dégradation du bâtiment

-
Par , France Bleu Auxerre

Dix-sept acquéreurs d'appartements à Sens (Yonne) jamais livrés depuis la faillite du promoteur mènent une bataille judiciaire depuis six ans pour obtenir leur bien. Un expert judiciaire a récemment fait une visite avec des propriétaires. Ils ont fait des découvertes inquiétantes.

Cette résidence à Sens (Yonne) devait être terminée en 2013 mais en 2019 les acquéreurs ne peuvent toujours pas jouir de leur bien.
Cette résidence à Sens (Yonne) devait être terminée en 2013 mais en 2019 les acquéreurs ne peuvent toujours pas jouir de leur bien. © Radio France - Renaud Candelier

Pour les Sénonais Liliane et Pierre Barzasi, 71 et 69 ans, cet appartement de quatre-vingt mètres carrés devait leur permettre de passer leur retraite en centre-ville de Sens. Un logement de standing, avec terrasse acheté 324.000 euros, payé en quasi-intégralité depuis 2012. Un investissement financé avec leur héritage familial. Sauf qu'ils n'ont jamais pu prendre possession des lieux. 

"Il y a eu des fuites d'eau, tout est à refaire" - Reportage

Et la visite avec l'expert judiciaire leur a permis de découvrir l'état de dégradation dans lequel se trouve cette résidence promise pour ouvrir en 2013 sur les promenades de Sens.

Moisissures et parquets gondolés

"Nous avons constaté notamment dans les couloirs d'importantes fuites d'eau", raconte Liliane Barzasi. "L'eau a coulé également dans les étages, dans les appartements du bas. Elles ont détruit les plafonds, il y a des moisissures partout, les plinthes sont tombées, les parquets sont gondolés. Tout est à refaire." 

Illustration de la dégradation de la résidence Paul-Picquet à Sens (Yonne). Le promoteur devait la livrer en 2013. Il a accumulé les retards jusqu'à sa faillite en 2018
Illustration de la dégradation de la résidence Paul-Picquet à Sens (Yonne). Le promoteur devait la livrer en 2013. Il a accumulé les retards jusqu'à sa faillite en 2018 © Radio France - Renaud Candelier

Plusieurs malfaçons constatées dans la résidence

Si la résidence n’a jamais été livrée, c’est en raison de plusieurs malfaçons comme celle-ci : "sur les terrasses côté parking, il y a des cheminées d'évacuation qui sortent sur les terrasses. Les gens qui vont habiter ses appartements-là vont être asphyxiés par les gaz d'échappement du parking sous-terrain", poursuit Liliane Barzasi.

"Moralement, c'est extrêmement difficile à vivre. Le logement se dégrade, notre santé se dégrade, tout se dégrade" - Pierre Barzasi, acquéreur d'un appartement résidence Paul-Picquet à Sens

Ce couple attend maintenant que la Banque Populaire Rives de Paris, qui s'est portée caution du promoteur (Prophal) assume son rôle et finance la fin des travaux.  Mais cette banque fait traîner le dossier judiciaire regrette Liliane Barzasi : "systématiquement, des décisions sont prises et   il y a appel. Quand il y a appel, ensuite, il y cassation. _C'est le problème de ceux qui ont de l'argent et de ceux qui n'en ont pas_. La justice n'est pas morale finalement parce qu'elle ne donne pas forcément gain de cause aux victimes. Elle donne gain de cause à celui qui défend le mieux le dossier. La banque est richissime, le mandataire judiciaire a trente-cinq avocats, vous voyez bien que nous ne sommes égaux". Pour obtenir leur appartement acheté en 2012, le couple Barzasi a déjà dépensé 15.000 euros de frais d'avocat.

Les dates de cette affaire

  • 2009 - Les Barzasi signent la réservation de leur bien
  • 2013 - Année de livraison prévue par le promoteur Prophal
  • 2014 - Une des entreprises qui travaillent pour le promoteur fait faillite
  • 2017 - La Banque Populaire Rive de Paris estime que le chantier est réceptionné, en dépit des nombreuses malfaçons
  • Fin 2017 - Onze acquéreurs sur dix-sept obtiennent du tribunal de Sens la condamnation du promoteur et de la banque à leur verser des dommages et intérêts
  • Mai 2018 - L'entreprise Prophal SAS est mise en liquidation
  • 2019 - Visite de l'expert judiciaire afin de déterminer l'état de la résidence et les travaux nécessaires pour aboutir à la livraison du chantier
Choix de la station

À venir dansDanssecondess