Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Restes humains découverts à Issoire : le défunt identifié, l'auteur présumé des faits hospitalisé

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu

Cinq jours après la terrible découverte à Issoire dans le Puy-de-Dôme, le procureur de la république de Clermont-Ferrand a tenu ce lundi après-midi une conférence de presse. Le défunt, dont les restes ont été découverts, a été identifié, l'auteur présumé du meurtre placé en hôpital psychiatrique.

C'est dans les canalisations de cet immeuble que les restes humains ont été découverts
C'est dans les canalisations de cet immeuble que les restes humains ont été découverts © Radio France - Olivier Vidal

Clermont-Ferrand, France

C'est au 4e étage du tribunal de grande instance de Clermont-Ferrand que le procureur Eric Maillaud a tenu sa conférence de presse ce lundi après-midi, pour faire le point sur l'enquête concernant les restes humains découverts dans des canalisations d'un immeuble à Issoire. Interview. 

A droite le procureur Eric Maillaud, à gauche le commandant de la section de recherches de la gendarmerie Christophe Berthelin  - Radio France
A droite le procureur Eric Maillaud, à gauche le commandant de la section de recherches de la gendarmerie Christophe Berthelin © Radio France - Olivier Vidal

Quels sont les faits ? 

Jeudi 10 janvier, un des clients d'un salon de coiffure du Boulevard Buisson remarque que les toilettes sont bouchées. Vers 14h30 un plombier est alors appelé. Dans un collecteur d'eaux usées du salon, il découvre des morceaux de couleur jaunâtre qu'il n'identifie pas, 30 kilos au total.  Il trouve aussi un liquide rougeâtre. La brigade de gendarmerie d'Issoire est alertée et se rend sur place. Les morceaux sont, un plus tard, envoyés à l'institut médico-légal de Clermont-Ferrand. Un doigt est également retrouvé, cela permet d'identifier la victime.  Les enquêteurs retrouvent un seul et même ADN, il n'y a donc qu'un seul corps.

Comment se déroule l'enquête ?

Les enquêteurs comprennent vite que les morceaux proviennent de l'appartement du premier étage, situé au-dessus du salon, occupé par Johnny T. Dans l'appartement rien ne saute aux yeux. Il faudra l'intervention de la cellule d'investigation criminelle du groupement de gendarmerie et des techniciens en investigation criminelle pour découvrir des traces de sang et des microparticules, sans doute des morceaux de chair. L'appartement est placé sous scellés. 

Une quarantaine de gendarmes sont mobilisés. Les enquêteurs investissent l'appartement de la victime, introuvable depuis une semaine. Et là ils découvrent une véritable scène de crime, avec beaucoup de sang un peu partout. Cet appartement est également placé sous scellés.

Un peu plus tard, chez Johnny T., boulevard Buisson, lors d'une perquisition, les enquêteurs trouvent un certain nombre d’ustensiles, un disque de disqueuse, une scie circulaire, une scie à métaux couverte de sang, des couteaux, et, comble de l'horreur, dans un congélateur un cerveau et un foie humains cachés dans des sacs.

Les gendarmes saisissent ensuite de nombreuses images de vidéosurveillance de la ville, et notamment celle du suspect se rendant à la gare d'Issoire jeudi vers midi, à pied, avec trois cabas qu'il jette à la poubelle. Ces grands sacs contiennent des vêtements ensanglantés. L'homme se rend à Vierzon via Clermont, puis, le lendemain, il revient en Auvergne et est interpellé à la mi-journée à son passage en gare de Clermont-Ferrand. Placé en garde à vue, il ne s'exprimera pas. Un expert estime que sa garde à vue est incompatible avec son état de santé. Il est interné en psychiatrie.

Qui est la victime ?  

Grâce aux prélèvements d'ADN et l'empreinte relevée sur un doigt retrouvé dans les canalisations, les gendarmes ont pu identifier la victime qui est un homme de 45 ans. Thierry G, alias Titus, habitait un appartement avenue Libération. Il était sans emploi et consommait régulièrement des stupéfiants. Il aurait été placé sous curatelle jusqu'en 2018. Il aurait hérité de la part de son père d'une somme d'environ 100 000 euros. Ce sont ses restes que le plombier a retrouvé dans les canalisations dans le salon de coiffure boulevard Buisson. 

Qui est l'individu interpellé vendredi ? 

C'est le principal suspect. Johnny T. né en 82. Installé à Issoire depuis trois ans, il occupait l'appartement du premier étage de l'immeuble situé Boulevard Buisson depuis trois ans. Sans travail, il vendait de la drogue pour sa consommation personnelle. Il est connu des services de justice pour 14 condamnations pour usages de stupéfiants et vols. 

L'individu est atteint de maladies mentales, peut-être de schizophrénie. Pour cela, il avait fait deux séjours en hôpital psychiatrique en 2012 et 2016. Selon sa mère, ces derniers temps il aurait arrêté son traitement. 

Qui est cette femme qui avait un lien avec les deux hommes ?

Claire H., 35 ans, toxicomane, habite à Champeix. Elle était en couple avec la victime ces deux dernières semaines, et avec le mis en cause auparavant. Cette dernière a tenté de se suicider le dimanche 6 janvier par pendaison dans l'appartement de la victime. C'est Thierry G. qui a pu appeler les secours. Claire H. a été internée en psychiatrie depuis et son audition n'est pas possible à l'heure actuelle.

Que s'est-il passé entre les deux hommes ?

C'est précisément ce que cherchent à comprendre les enquêteurs. Histoire d'argent, conflit lié à la drogue ou déception amoureuse, les enquêteurs n'excluent pour l'heure aucune piste. Les investigations se poursuivent et bien sûr les auditions du mis en cause et de Claire H. seront très importantes. 

Une information judiciaire pourrait être ouverte très rapidement pour meurtre. Rien ne laisse penser que cet acte avait été prémédité. 

Choix de la station

France Bleu