Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dany Leprince risque de rester en prison 10 à 12 mois

-
Par , , France Bleu Maine, France Bleu

Le Sarthois, condamné pour le massacre de Thorigné-sur-Dué, sera fixé sur son sort le 9 mai prochain, après sa comparution ce vendredi à Agen pour non-respect assignation à résidence. L’affaire Dany Leprince est une affaire criminelle qui défraie la chronique depuis plus de 20 ans.

Dany Leprince lors de sa libération conditionnelle en 2012
Dany Leprince lors de sa libération conditionnelle en 2012 © Maxppp -

Thorigné-sur-Dué, France

RETOUR SUR INFO - Tout commence à Thorigné-sur-Dué, en Sarthe, le 5 septembre 1994, jour rentrée des classes. Christian Leprince, sa femme Brigitte et deux de leurs filles, âgées de 6 et 10 ans, sont retrouvés assassinés dans leur maison. La plus jeune, Solène, âgée de 2 ans, est retrouvée vivante dans sa chambre, baignée et changée. Il y a du sang partout, au sol, sur les murs et jusqu'au plafond. Les autopsies révèlent des plaies larges et profondes, pouvant avoir été données par une hache et un couteau.

Le maire de l'époque, Claude Plais, est sous le choc. "Personne ne comprend. C'est tellement affreux qu'on ne peut pas comprendre, on a du mal à y croire et malheureusement c'est vrai. Et c'est ressenti par les habitants de la même façon. Chacun pense un petit peu que ça aurait pu être lui, chacun a peur. Pour faire un acte pareil il faut être complètement dément. Je ne pense pas que ça puisse être quelqu'un d'ici", racontait l'édile à l'époque.

La maison des Leprince, en septembre 1994 à Thorigné-sur-Dué - Maxppp
La maison des Leprince, en septembre 1994 à Thorigné-sur-Dué © Maxppp -

Au bout de quelques jours, toute la famille Leprince est interpellée et placée en garde à vue, notamment le frère de Christian, Dany, qui habite la maison d'en face. Rapidement, il est accusé par sa femme Martine et leur fille aînée, Célia. Et une semaine plus tard, à la 46ème heure de garde à vue, Dany Leprince craque et avoue avoir tué son frère et seulement son frère pour des histoires d'argent.

Il va ensuite se rétracter, clamer son innocence, et déclare avoir dit ce que les gendarmes voulaient entendre et avoir subi des pressions pendant les nombreuses heures de sa garde à vue. Le procureur Jean-Claude Thin racontait à l'époque ce qu'il y avait dans ce dossier. "Il y a des éléments, des aveux, mais il y a aussi un certain nombre d'autres éléments qui permettent de conforter les déclarations qu'il a faites. Nous avons lieu de penser, sous réserve des expertises auxquelles il sera procédé que l'arme du crime a été retrouvée."

Le procès aux assises

Dany Leprince lors de sa condamnation en 1997 - Maxppp
Dany Leprince lors de sa condamnation en 1997 © Maxppp -

Le procès débute en décembre 1997. Dany Leprince continue à nier les faits. La cour d'assises de la Sarthe s'appuie sur les versions de sa femme Martine, qui l'a accusé dès le premier jour. Le verdict tombe : Dany Leprince est condamné à perpétuité avec une peine de sûreté de 22 ans.

Son avocat de l'époque Maître Pelletier déplore que certains indices n'aient pas été utilisés par la cour, notamment des traces de chaussure. "Dans cette affaire, il y a un protagoniste totalement inconnu. il y a des traces de pas résultant d'une certaine marque de chaussures; on a écumé la région, on a fait toutes les recherches possibles, elles ne sont pas à Dany Leprince, elles ne sont pas à l'une des personnes auditionnées dans l'affaire, à qui sont ces chaussures ?" Aujourd'hui encore, on ne sait pas à qui appartenait ces chaussures.

Vidéo : le journal de 13h00 de France2 dans lequel on retrouve l'interview de maître Pelletier.

En 1997, la loi ne permet pas de faire appel d'une condamnation prononcée par une cour d'assises. Le jugement est donc définitif. Mais les années passent, et Dany Leprince clame toujours son innocence.

LIRE AUSSI ►► CHRONOLOGIE - L'affaire Dany Leprince en 10 dates

Comité de soutien et détective privé

Plusieurs personnes se mobilisent pour prouver son innocence, un comité de soutien est même créé, ses parents font appel à un détective privé. Une requête en révision est déposée en octobre 2005 mais les procédures sont longues.

En octobre 2010, la commission de révision ordonne une suspension de peine; Dany Leprince sort de prison. Mais un an plus tard, la cour rejette la demande de réouverture d'un nouveau procès. Dany Leprince retourne derrière les barreaux. Son avocat, maître Baudelot est indigné. "À 9 mois d'intervalle, deux formations de la cour de cassation, ont dit très exactement le contraire l'une de l'autre. La commission de révision a dit, il y a des doutes tellement graves que nous décidons de suspendre l'exécution de la peine de de Dany Leprince. Aujourd'hui, ce sont 17 autres magistrats, toujours de la cour de cassation qui disent exactement le contraire. Pourquoi, pourquoi, une décision aussi contraire à la première, c'est d'une CRUAUTÉ INVRAISEMBLABLE !"

Liberté conditionnelle à Marmande

Avec sa femme de l'époque, Béatrice, lors de sa libération en 2012 - Maxppp
Avec sa femme de l'époque, Béatrice, lors de sa libération en 2012 © Maxppp -

Ce n'est qu'en 2012, après de nombreuses procédures, que Dany Leprince sort de prison avec une liberté conditionnelle. Il part s'installer chez sa nouvelle femme, Béatrice, à Marmande, dans le Lot-et-Garonne, où il est assigné à résidence, avec interdiction totale de revenir en Sarthe. C'est cette assignation à résidence qu'il n'a pas respectée en venant dans l'Orne au début du mois.

"Je voudrais savoir avant de fermer les yeux"

Robert Leprince, le père de Dany - Maxppp
Robert Leprince, le père de Dany © Maxppp -

Plusieurs membres de sa famille croient en son innocence. En 2014, son père a déposé plainte contre X pour meurtre aggravé et complicité. "Je suis en colère (contre) les enquêteurs et la justice, confiait à l'époque Robert Leprince. Ils sont capables de tout, même d'enfermer quelqu'un qui n'a rien fait. Pour moi, les assassins sont encore en liberté. Et je voudrais savoir la vérité avant de fermer les yeux." Mais Robert Leprince ne saura pas. Il meurt avant la fin de cette procédure, le 17 avril 2016 à 79 ans. Dany Leprince, lui, est de nouveau en prison pour ne pas avoir respecté d'habiter loin de la Sarthe.

Choix de la station

France Bleu