Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Rétro 2015 : l'incendie mortel de Cerbère

lundi 28 décembre 2015 à 7:00 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon

La grande famille des sapeurs pompiers des Pyrénées-Orientales a été endeuillée en cette année 2015, c'était en septembre dernier, un incendie à Cerbère avait coûté la vie à Patricia Filippi, pompier volontaire au Boulou.

Les pompiers à l'assaut de l'incendie de Cerbère.
Les pompiers à l'assaut de l'incendie de Cerbère. © Maxppp

Cerbère, France

L'été 2015 avait été plutôt calme sur le front des incendies dans les Pyrénées-Orientales, de nombreux départs de feux, mais pas de grandes surfaces brûlées. C'est à la fin du mois de septembre que cet incendie s'est déclaré sur la commune de Cerbère, un incendie sans doute d'origine volontaire qui a coûté la vie à une femme sapeur-pompier du Boulou, Patricia Filippi, 51 ans, prise dans un retour de flamme en plein milieu de la nuit.

Reportage d'Elizabeth Badinier

Le colonel Salle-Mazou, patron des sapeurs pompiers dans les Pyrénées-Orientales était l'invité de France Bleu Roussillon ce lundi. "La première image, c'est un feu immense et un moment de stupéfaction quand qu'on apprend qu'on a un sapeur-pompier qui reste au sol, on est tous anéanti, bloqués, y a un effet de sidération qui se produit."

"Il a fallu gérer en professionnel, car malgré le coup dur, il a fallu sortir ceux qui étaient encore au contact, réorganiser le chantier et les secours, récupérer le corps de notre camarade et tous ses camarades qui étaient avec elle sur le site, il a fallu aussi gérer la famille et faire en sorte qu'ils n'apprennent pas par la presse. Il fallait aussi continuer de gérer l'incendie qui menaçait encore des milliers d'hectares, j'ai demandé une colonne de renfort extérieure au département car j'avais conscience que mes personnels ne seraient plus à même de mener l'opération."

"L'accident s'est produit dans un endroit qui n'était pas à risque. Ce qui va provoquer l'accident c'est un changement de vent, avec des gaz imbrûlés qui se sont dirigés sur le personnel, ils se sont enflammés, avec des température à 1 000 degrés. Même si un feu est dans un secteur sans risque, il faut rester vigilant."

"Chaque année six à sept pompiers décèdent en service, il y a des impondérables. Ma conviction, c'est que c'est un incendie d'origine humaine. Est-ce que c'était accidentel ou volontaire, c'est l'enquête qui le dira. Sur le plan humain, on a vue à cette occasion la grande solidarité dans le monde des sapeurs-pompiers et bien au delà, ça fait chaud au cœur."

Le colonel Salle-Mazou

À lire aussi