Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

RETRO 2015 - Un TGV déraille à Eckwersheim, 11 personnes décèdent

lundi 28 décembre 2015 à 5:00 Par Céline Rousseau, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Le samedi 14 novembre, quelques heures après les attentats de Paris, un TGV d'essai déraille peu après 15h à Eckwersheim au nord de Strasbourg. L'accident fait 11 morts parmi les 53 personnes à bord.

Le TGV a plongé dans le canal de la Marne au Rhin
Le TGV a plongé dans le canal de la Marne au Rhin © Maxppp

Eckwersheim, France

La France a connu cette année le premier déraillement d'un TGV. Le samedi 14 novembre, au lendemain des attentats de Paris, une rame d'essai de la nouvelle ligne européenne à grande vitesse, a déraillé.

Le train a percuté un pont au dessus du canal de la Marne au Rhin à Eckwersheim, au nord de Strasbourg avant de dérailler. "La rame a sauté le canal, elle est retombée 15m en contrebas. C'était l'apocalypse", raconte Jérôme Sotty, le commandant des opérations de secours.

11 morts et 42 blessés

Les habitants du petit village d'Eckwersheim sont abasourdis. "J'ai cru que c'était un exercice de formation pour les pompiers", témoigne sur France Bleu Alsace cet habitant, "avant que la voisine ne me dise qu'un TGV était tombé". L'école du village est rapidement transformé en hôpital de campagne.

L'accident fait 11 morts et 42 blessés. Parmi les victimes, quatre agents de la SNCF dont le directeur du projet de ligne à grande vitesse Est, cinq experts de l'entreprise d'ingénierie qui dirigeait les essais et deux accompagnants. "La famille cheminote toute entière est traumatisée" dit Guillaume Pépy, sur les lieux de l'accident.

Une vitesse excessive

Après quelques jours d'enquête, le président de la SNCF pointe une vitesse excessive et des négligences humaines pour expliquer l'accident : "Il s'agit d'une séquence de freinage tardif. La courbe de freinage a été abordé à 265km/h au lieu des 176 prescrits dans cet essai. Il aurait fallu freiné un kilomètre plus tôt"._ Deux enquêtes sont en cours._ L'une judiciaire, l'autre interne à la SNCF.

La compagnie n'a toujours pas communiqué de nouvelle date pour la mise en service de la seconde phase de la LGV Est. Elle doit permettre de relier Strasbourg à Paris en 1h50. Initialement prévue en avril 2016, elle est reportée sans doute à l'été prochain. 

Voir aussi : RETRO 2015 - Une année d'actualité en Alsace