Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

RÉTRO 2017 - Une collégienne immolée au collège de Seynod

-
Par , , France Bleu Pays de Savoie
Seynod, Annecy, France

En mai dernier, la petite communauté du collège de Seynod a été très choquée par l’acte d’une collégienne de 15 ans. Elle a grièvement brûlé au visage et au dos une autre adolescente de 14 ans en pleine cours de récréation.

Le traumatisme est toujours présent, sept mois après les faits, souligne le directeur académique de Haute-Savoie
Le traumatisme est toujours présent, sept mois après les faits, souligne le directeur académique de Haute-Savoie © Maxppp -

Sept mois après l'agression, le traumatisme est toujours présent

Une collégienne immole une autre élève en pleine cours de récréation

Ce mercredi de mai, vers 10 heures c’est la pause au collège Le Semnoz de Seynod. En pleine cours de récréation, devant des collégiens témoins, une adolescente de 15 ans jette au visage d’une camarade un liquide inflammable et met le feu. La jeune fille est hospitalisée dans un état grave au service des grands brûlés à Lyon. 

L’auteure de l’agression est interpellée, elle est mise en examen pour tentative d’assassinat. Au collège, c’est le choc. 

Un traumatisme toujours présent

Sept mois plus tard on ne connait toujours pas les raisons exactes qui ont poussé une jeune fille de 15 ans à immoler une camarade. Son avocate ne souhaite pas communiquer, pas plus que le conseil de la victime. On sait qu'elle est sortie du coma et désormais hors de danger. Cet acte d’une violence inouïe a marqué les esprits. Une maman explique que sa fille refuse toujours de parler de cette journée.

Le directeur académique de Haute-Savoie constate que le traumatisme est bien présent. « D’où les formations mises en place sur la question de l’amélioration du climat scolaire. Sur la prise en charge des élèves, explique Christian Bovier, il y a de nombreux projets citoyens, sur la prévention des violences, des phénomènes de bouc émissaire, pour essayer d’apaiser la situation et faire que cela ne se reproduise pas. Ni ici ni ailleurs ». L’enquête devrait être close d’ici quelques semaines.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess