Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

RÉTRO 2017 - Un été meurtrier sur le toit de l'Europe

-
Par , France Bleu Pays de Savoie
Massif du Mont-Blanc, Haute-Savoie, France

Le Mont-Blanc demeure le symbole de l'imprudence qui endeuille régulièrement la haute montagne, terre d'exploits aux dangers sous-estimés. Vingt-trois morts en quatre mois ont été recensés côté français sur les itinéraires menant au Mont-Blanc dont des alpinistes équipés.

Faut-il réglementer l'accès au sommet du Mont-Blanc ?
Faut-il réglementer l'accès au sommet du Mont-Blanc ? © Maxppp -

Faut-il réglementer l'accès au sommet du Mont-Blanc ?

De juin à septembre 2017 : vingt-trois morts et deux disparus.  Et, phénomène marquant cette année 2017, la majeure partie des victimes du massif du Mont Blanc pratiquait l'alpinisme. Treize morts pour les seuls mois de juillet et août.  Cette accumulation a créé beaucoup de tensions autour du plus médiatique des sommets européens. C'est ce qu'on dit dans ces cas-là, mais c'est encore plus vrai cette année : beaucoup de morts auraient pu être évitées. 

Un arrêté municipal qui fait du bruit

Fin août, Jean-Marc Peillex, le maire de Saint-Gervais, suscite beaucoup de réactions en publiant un arrêté qui oblige désormais les candidats au sommet à porter un équipement adéquat, sous peine d'une amende de 38 euros. Les trailers qui partent avec des tenues très légères sont dans le collimateur.

Tant qu'il y aura des attitudes inconscientes, notamment des trailers, je serai obligé de sortir la boite à gifles - Jean-Marc Peillex maire de Saint-Gervais

La préfecture de Haute-Savoie préfère pour sa part renforcer les missions de prévention, de conseil et de répression effectuées par le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix. 

Quant au monde de la montagne, beaucoup sont au minimum sceptiques voire ironiques après la décision du maire de St Gervais. Sur son compte Twitter, le trailer Kilian Jornet  ironise sur l'arrêté du maire de Saint-Gervais en postant un cliché le montrant nu sur un sommet enneigé, avec cette légende : "Bref, si on grimpe côté italien, c'est légal ?"

Le début d'une amélioration ?

Bien que décrié, l'arrêté du maire a eu des effets positifs. Le PGHM a augmenté son temps de présence à la fin de l'été au refuge de Tête Rousse sur la voie d'accès au Mont-Blanc.  Il est encore plus intransigeant que par le passé. Sur une semaine, deux gendarmes ont ainsi fait rebrousser chemin à des trailers partis sans équipements de haute montagne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess