Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Rétro 2018 dans l'Hérault

Rétro 2018 dans l'Hérault : le drame du Jardin Saint-Adrien à Servian

-
Par , France Bleu Hérault

Le feuilleton judiciaire lié au drame du Jardin Saint-Adrien à Servian (Hérault) se poursuit en 2018. Daniel Malgouyres, le propriétaire des lieux, est accusé d'avoir organisé son propre cambriolage au cours duquel il a abattu un des deux voleurs.

Daniel Malgouyres à sa sortie de prison en novembre 2018, entouré de sa fille (à sa droite) et de sa soeur
Daniel Malgouyres à sa sortie de prison en novembre 2018, entouré de sa fille (à sa droite) et de sa soeur © Maxppp -

Servian, France

Le soir du 5 octobre 2017, deux hommes vêtus de noir, cagoulés et armés se présentent chez le couple Malgouyres, propriétaire du Jardin Saint-Adrien à Servian, près de Béziers. Ils s'en prennent à la femme, Françoise, pour qu'elle dise où se trouve son coffre-fort, censé contenir 100.000 euros en liquide. Ce soir-là, le mari, Daniel, abat l'un des cambrioleurs alors que l'autre réussit à prendre la fuite. Daniel Malgouyres a beau invoquer la légitime défense, il est mis en examen pour meurtre dix jours plus tard. Le fuyard, retrouvé par les enquêteurs, affirme que Daniel Malgouyres a tout organisé pour dépouiller sa femme de ses économies. Laissé libre, le mari est placé en détention provisoire le 20 octobre 2017 pour avoir violé une des mesures de son contrôle judiciaire.

Le feuilleton judiciaire continue en 2018

L'année 2018 sera marquée par les nombreuses demandes de remises en liberté, toutes refusées. Jusqu'au 6 novembre, date à laquelle il retrouve alors la liberté après avoir passé un an en détention provisoire pour "meurtre, tentative de meurtre, complicité de vol avec arme et association de malfaiteurs". Pour Daniel Malgouyres, qui dit avoir penser à se suicider dans sa cellule, c'est la fin d'un calvaire. Sauf que. À peine 24 heures plus tard, il retourne en prison pour avoir violé, là encore, plusieurs mesures de son contrôle judiciaire. Notamment sa présence dans l’Hérault au lendemain de sa libération.

L'année 2018 sera également marquée par des dissensions familiales qui éclatent au grand jour. D'un côte, la fille et la sœur de Daniel Malgouyres, persuadées de son innocence. De l'autre, le fils et l'épouse. Cette dernière finalement le lâche après avoir publiquement affirmé qu'elle le soutenait.