Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Rétro 2018 dans l'Hérault

Rétro 2018 dans l'Hérault : une manifestation qui dégénère en avril à Montpellier

lundi 24 décembre 2018 à 5:18 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Hérault

Le 14 avril dernier, une manifestation pour la convergence des luttes dégénère à Montpellier, des dizaines de commerces saccagés et pillés. 51 personnes interpellées, mais seulement deux condamnations. Les vrais casseurs n'ont pas été retrouvés.

51 personnes avaient été interpellées, deux seulement ont été condamnées
51 personnes avaient été interpellées, deux seulement ont été condamnées © Radio France - Thomas Biet

Montpellier, France

Le 14 avril dernier, un défilé qui se voulait pacifique pour la convergence des luttes à Montpellier dégénère. Ce jour-là, étudiants, cheminots, retraités, lycéens, ils sont environ 2.000 à vouloir défiler dans les rues de Montpellier. Mais dès le départ du cortège, la police bloque la descente du boulevard du jeu de paume, une dizaine de casseurs cagoulés en tête de cortège lancent des cailloux, les forces de l'ordre répliquent. Les manifestants ne comprennent rien, les affrontements vont durer trois heures, du mobilier urbain est incendié, des dizaines de vitrines brisées, des boutiques pillées, le tout sous les yeux des commerçants impuissants et en colère.

Retour sur les événements, Elizabeth Badinier

50 manifestants sont interpellés le jour même, 42 placés en garde à vue, mais deux seulement seront condamnés à de la prison avec sursis. Les vrais casseurs, ce qu'on appelle les black blocs cagoulés et très organisés n'ont pas été retrouvés  

Au lendemain de cette violente manifestation Montpellier se réveille groggy et les commerçants font l'inventaire des dégâts. Certains s'interrogent sur le rôle des forces de l'ordre. La ligue des droit de l'homme dénonce des arrestations aléatoires. La police répond qu'il était impossible de quadriller toute la ville ce jour là. 

Retour sur la polémique, Elizabeth Badinier