Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : RÉTRO 2018 : REVIVEZ L'ACTUALITÉ DE L'ANNÉE EN LOIRE-ATLANTIQUE ET EN VENDÉE

Rétro 2018 : les images impressionnantes d'une éolienne à terre, après la passage d'une tempête à Bouin

mardi 1 janvier 2019 à 7:06 Par Aurore Jarnoux, France Bleu Loire Océan

C'était il y a tout juste un an, le 1er janvier 2018 : le spectacle saisissant et inédit d'une éolienne arrachée, à Bouin, par la tempête Carmen. Une chute due à une série de pannes et une erreur humaine fatale.

L'éolienne N°7, après le passage de la tempête Carmen à Bouin.
L'éolienne N°7, après le passage de la tempête Carmen à Bouin. © Radio France - Emmanuel Sérazin

Bouin, France

Un spectacle rare et impressionnant en ce 1er janvier 2018 à Bouin, en Vendée : une des huit éoliennes du parc gît au sol, sur près de cent mètres de long. Son mât s'est brisé lors du passage de la tempête Carmen, quasiment au niveau du sol. Les vents ont soufflé jusqu'à 160 km/h.

La nouvelle se répand, et les jours suivants, locaux et touristes se pressent pour voir l'éolienne, longue de 62 mètres, au sol. Les sept autres engins sont toujours debout mais à l'arrêt.

On a l'impression de voir un avion échoué dans un polder. C'est vraiment impressionnant." - Jean-Yves Gagneux, le maire de Bouin

Installé depuis 2003, le parc de huit éoliennes avait pourtant résisté à de nombreuses tempêtes, dont Xynthia.

Série de pannes et erreur humaine

Les experts forcément enquêtent. Il faut dire qu'on n'a jamais connu un tel accident sur le sol français. Le fabricant Nordex rend son rapport en février : il y a eu une série de pannes, puis une erreur humaine fatale.

Les explications sont très techniques : tout d'abord, les moteurs présents sur chaque pale de l'éolienne tombent en panne successivement, entre le samedi et le dimanche soir. Comme il n'est plus possible d'orienter les pales, l'éolienne est mise en position perpendiculaire à la tempête, afin de réduire la prise au vent.

Cette manœuvre est réalisée depuis un centre de maintenance basé en Allemagne. Mais le lundi matin, un des techniciens décide de remettre l'éolienne face au vent, pour décoincer les pales. Sauf qu'en 13 secondes seulement, l'engin passe de cinq tours minute à 35. Une pale heurte alors le mât, se disloque et provoque le déséquilibre de toute l'éolienne. 

Une double plainte déposée

Au moins de juin, la Fédération Vendée Tempêtes, un ensemble d'associations mobilisées contre les parcs éoliens, porte plainte auprès du tribunal de La Roche-sur-Yon. Elle saisit la justice pour "atteinte à l'environnement par dégradation de la faune et de la flore", mais aussi pour "atteinte à la sécurité des personnes par mise en danger de la vie d'autrui".

Les militants de la fédération affirment que des débris ont été ramassés à plus de 600 mètres de l'éolienne. Selon eux, le site a également été pollué par l'huile infiltrée dans le sol. 

Vendée Tempêtes affirme vouloir jouer un rôle de lanceur d'alerte. Selon ses militants, les accidents d'éoliennes ne sont pas si rares. Aujourd'hui, la loi impose une distance de 500 mètres minimum entre une éolienne et une habitation. Mais la fédération réclame dorénavant le doublement de cette distance de sécurité. 

Concernant la pollution des nappes phréatiques dénoncée par la fédération, les ostréiculteurs sont beaucoup plus modérés. Le responsable de Vendée Naissain, société située tout près du parc éolien de Bouin, explique n'avoir aucune inquiétude sur la qualité de l'eau et l'avenir de ses "bébés huîtres".