Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice
Dossier : RÉTRO 2018 : REVIVEZ L'ACTUALITÉ DE L'ANNÉE EN LOIRE-ATLANTIQUE ET EN VENDÉE

Rétro 2018 : des pluies diluviennes s'abattent sur la Loire-Atlantique et la Vendée

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Des torrents de pluie se sont abattus sur la Loire-Atlantique et la Vendée en juin et en juillet 2018. Le 11 juin notamment, on a connu un déluge incessant. Maisons, routes et caves ont été inondées dans plusieurs communes.

Les images de la crue du 11 juin à Châteaubriant.
Les images de la crue du 11 juin à Châteaubriant. © Radio France - Pascale Boucherie

Loire-Atlantique, France

Les images sont impressionnantes ! Ce sont des pluies diluviennes qui se sont abattues sur la Loire-Atlantique et la Vendée du 5 juin au 2 juillet 2018. Plusieurs communes ont été touchées par des inondations et des coulées de boues.

Un triste spectacle

Tout commence le 5 juin. En Loire-Atlantique, de fortes précipitations frappent le secteur de Clisson. En un peu plus d'une heure, il tombe 50 mm de pluie, l'équivalent d'un mois complet dans le sud de la Loire-Atlantique. 

En Vendée, le village de La Tardière, près de la Châtaigneraie, est frappé à deux reprises par des orages : jusqu'à 117 mm d'eau le 5 juin. Certains quartiers sont inondés, une vingtaine de personnes sont relogées. Et une coulée de boue envahit un camping.

La coulée de boue du camping a fini sa course dans l'étang de l'Etruyère.  - Radio France
La coulée de boue du camping a fini sa course dans l'étang de l'Etruyère. © Radio France - Emmanuel Sérazin

Cela entraîne des centaines de milliers d'euros de dégâts, la moitié du budget de la petite commune. Le maire de La Tardière, Damien Crabeil, invite alors le président de la République, Emmanuel Macron, à venir constater l'étendue des pertes. 

Un véritable déluge le 11 juin

Quelques jours plus tard, d'intenses pluies orageuses frappent la Loire-Atlantique. Et ce déluge incessant provoque de très nombreuses inondations : des routes sont touchées, des maisons, des caves... dans tout le département. Heureusement, il n'y a aucun blessé mais les pompiers sont énormément sollicités. Ils reçoivent plus de 3.000 appels et interviennent 1.200 fois. 

A Nantes, il est tombé plus de 70 mm d'eau en une douzaine d'heures, c'est plus d'une fois et demie la quantité de précipitation d'un mois de juin moyen. 

Châteaubriant, au nord du département, est également sous les eaux. On compte là-bas 200 sinistres et des milliers d'euros de dégâts. La mairie décide d’ouvrir un gymnase pour accueillir les personnes évacuées et met en place une cellule de crise.

Une pluviométrie jamais constatée depuis que les statistiques existent !" - Alain Hunault, le maire de Châteaubriant

A Rezé, là c'est le parking et le drive du Leclerc Océane qui sont inondés. Plus d'un mètre d'eau par endroit. En tout, une trentaine de véhicules sont pris au piège.

De l'eau également dans l'Ehpad de Pornic, mais les pensionnaires ne sont pas évacués. A Saint-Viaud, environ six familles doivent quitter leur domicile, notamment une personne de 93 ans qui s'est retrouvée avec 1,20 mètre d'eau chez elle. En tout, 700 foyers de Loire-Atlantique sont privés d'électricité, surtout aux Sorinières où des branches d'arbres sont tombées sur une ligne électrique. 

A Saint-Viaud, l'eau s'est infiltrée dans les maisons. - Radio France
A Saint-Viaud, l'eau s'est infiltrée dans les maisons. © Radio France - Anne Patinec

Il est tombé 56 mm de pluie en Loire-Atlantique, un record depuis 1977 ! On sera à plus de 60 millimètres en 24 heures." - Jean-Luc Le Pape, prévisionniste à Météo France à Nantes

Au total, en onze jours, Météo France relève un cumul de précipitations de 150 mm. La Loire-Atlantique n'avait pas connu de mois de juin humide depuis 1955, avec seulement 124 mm de pluie.

Retour de la pluie début juillet

Quelques semaines plus tard, un nouvel épisode orageux frappe le Pays de Retz. Les champs sont gorgés d'eau, certains maisons sont inondées et des entreprises sont à l'arrêt, notamment La Manufacture Française du Cycle à Machecoul.

A Nort-sur-Erdre, au nord de Nantes, entre 150 et 200 festivaliers, qui participent aux Nuits de l'Erdre, s'abritent dans une salle municipale. Même scénario à Machecoul, où le propriétaire du camping de la Robine n'avait jamais vu un orage aussi violent en 22 ans d'activité. 

A Machecoul, les camions ont les pieds dans l'eau. - Radio France
A Machecoul, les camions ont les pieds dans l'eau. © Radio France - Caroline Pomes

Selon Météo France, en quelques heures, il est tombé 93 mm de pluie à Saint-Même-le-Tenu à côté de Machecoul, 60 mm à Nantes et 45 mm au Pallet, dans le vignoble. La moyenne mensuelle en juillet est de 45 mm dans ces secteurs. 

Reconnaissances de catastrophe naturelle

Le 15 août, un arrêté publié au Journal Officiel reconnaît l'état de catastrophe naturelle pour 14 communes de Loire-Atlantique. Il fait suite aux inondations et aux coulées de boue survenues entre le 8 et le 13 juin 2018. Cela concerne La Chapelle-sur-Erdre, Châteaubriant, Guémené-Penfao, Rouans, Villepot, Vue, Château-Thébaud, Erbray, la Plaine-sur-Mer, Saint Père-en-Retz, Saint-Viaud, Saint-Vincent-des-Landes, Soudan et Issé.

Début novembre, ce sont 19 communes de Loire-Atlantique, victimes des inondations et des coulées de boues consécutives aux intempéries des 5, 10, 11 et 12 juin, 1er et 2 juillet, qui sont reconnues en état de catastrophe naturelle. 

Au total, sur toute la France, les orages et les inondations du début du mois de juin ont coûté 430 millions d'euros. Ils ont occasionné 214.000 sinistres selon la Fédération française de l'assurance.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu