Faits divers – Justice

RÉTRO - Les dix faits divers de l'année en Bretagne

Par Typhaine Morin, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel mercredi 30 décembre 2015 à 18:00

Eugénie Journée, miss Bretagne pour un week-end
Eugénie Journée, miss Bretagne pour un week-end © Maxppp

Nous avons sélectionné pour vous les dix faits divers qui nous ont fait sourire ou qui nous ont interpellés en Bretagne : des histoires insolites qui sont souvent passées par la case justice, mais pas toujours. Bonne lecture !

Eugénie Journée : miss Bretagne le temps d'un week-end

La Rennaise n'a eu l'écharpe de miss Bretagne que pour le temps d'un petit week-end. Eugénie Journée, élue miss le samedi 3 octobre, a été destituée dès le lundi. Son "crime" ? Avoir posté des photos d'elle dénudée sur Facebook. Le règlement de miss France stipule en effet que les candidates ne peuvent pas poser pour des photos dénudées ou suggestives. Eugénie Journée a été aussitôt remplacée par la Malouine Léa Bizeul.  

Léa Bizeul, nouvelle miss Bretagne après la destitution d'Eugénie Journée - Maxppp
Léa Bizeul, nouvelle miss Bretagne après la destitution d'Eugénie Journée © Maxppp

LIRE ►► Miss Bretagne 2015 destituée pour avoir posé dénudée

Massacre à la tronçonneuse pour une vue sur mer 

En revenant de vacances en août dernier, un couple de Saint-Quay-Portrieux, dans les Côtes d'Armor, découvre avec stupeur que les arbres de leur jardin ont été tronçonnés. Un voisin pourrait être à l'origine du massacre. Sans les arbres, il peut désormais profiter d'une belle vue sur la mer.

À leur retour de vacances, un couple a découvert leur arbre tronçonné - Radio France
À leur retour de vacances, un couple a découvert leur arbre tronçonné © Radio France - Johan Moison

LIRE ►► Côtes d’Armor : un massacre à la tronçonneuse pour une vue sur mer ?

Une mère porte plainte contre son ex-conjoint qui force ses enfants à manger des légumes

Une mère de famille du sud Finistère a porté plainte contre son ex-conjoint, début novembre, au motif que ce dernier force leurs enfants à manger des légumes. La plainte a été immédiatement classée sans suite. Mettre des brocolis dans l'assiette de son enfant, aussi peut ragoûtants soient-ils, ne constitue pas en soi un acte de violence, a estimé le parquet.

Faut-il obliger les enfants à manger des légumes ? - Maxppp
Faut-il obliger les enfants à manger des légumes ? © Maxppp

LIRE ►► Ses enfants ne veulent pas de légumes dans leurs assiettes, une mère porte plainte contre son ex-conjoint

Disparu depuis les années 1990, il réapparaît après un banal contrôle de vitesse

Un voleur multi-récidiviste qui "s'était mis au vert" en Amérique du Sud et en Asie du Sud Est a été arrêté à Saint-Brieuc après un banal contrôle de vitesse, au mois d'août. Le 9 août dernier, une voiture est enregistrée à 133km/h au lieu de 110 sur la nationale 12 au niveau de Coetmieux, dans les Côtes d'Armor. Les gendarmes font signe au conducteur de s'arrêter, mais il refuse. Débute alors une course poursuite digne d'un film d'action. Finalement, la police finit par l'arrêter et découvre qu'il s'agit d'un véhicule volé. Et surtout, il s'avère que ce conducteur est un voleur multi-récidviste âgé de 66 ans, très actif dans les années 1990. En garde à vue il aurait expliqué que depuis cette période il s'était mis au vert pour se faire oublier au Panama puis en Thaïlande avant de revenir dernièrement en France.

Le voleur mutli-récidiviste avait disparu des radars depuis les années 1990 - Radio France
Le voleur mutli-récidiviste avait disparu des radars depuis les années 1990 © Radio France

LIRE ►► Saint-Brieuc : disparu depuis les années 90, il réapparaît après un banal contrôle de vitesse

À 77 et 80 ans, ils vivent illégalement dans leur maison depuis plus de vingt ans

Robert et Anne Prigent risquent d'être expulsés de leur maison, saisie en 1981 après le licenciement de Robert de Total, puis vendue. Il a toujours dénoncé ce licenciement en justice. Aujourd'hui, comme depuis 26 ans, ils refusent de quitter leur pavillon de Trédarzec, dans les Côtes d'Armor. Robert Prigent a déposé plus de 100 recours devant la justice pour éviter l'expulsion. Début septembre, le tribunal de Guingamp a donné tort aux époux Prigent, qui demandaient à pouvoir continuer d'occuper leur maison.  

Les époux Prigent devant leur maison à Trédarzec (Côtes d'Armor) - Radio France
Les époux Prigent devant leur maison à Trédarzec (Côtes d'Armor) © Radio France - Jean Saint-Marc

LIRE ►► À 80 et 77 ans, ils vivent illégalement dans leur maison depuis 26 ans

À Brest, une femme fait croire à une agression pour éviter d’aller au travail

Les policiers brestois n’ont pas mis longtemps à débusquer une jeune femme qui a fait croire que des hommes masqués et armés avaient arrêté sa voiture pour s’en prendre à elle. En fait, elle voulait juste trouver une excuse pour échapper au travail que venait de lui trouver son compagnon. Un geste fou, mais pour la justice, c'est une dénonciation de crime et délit imaginaire, ça lui vaudra une convocation.

Une jeune femme a vite été confondue par son relevé téléphonique - Maxppp
Une jeune femme a vite été confondue par son relevé téléphonique © Maxppp

LIRE ►► Brest : elle fait croire à une agression pour éviter d’aller au travail

Un motard narguait les forces de l’ordre devant le radar automatique dans les Côtes-d'Armor

Un motard de 26 ans a été condamné par le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc à 5 mois de prison avec sursis et 1.350 euros d'amende après avoir multiplié les acrobaties et excès de vitesse devant le radar automatique de Saint-Brandan, dans les Côtes d'Armor. Entre le 19 juin 2014 et le 26 mars 2015, il cumule 23 excès de vitesse. Il déboule à 176, 178, 180, jusqu'à 200 km/h sur cette portion de route départementale limitée à 90 ! Il ajoute parfois des acrobaties : tantôt une jambe levée, tantôt les deux, un bras en l’air puis les deux… Et à chaque fois le radar flashe, mais il n'a jamais reçu de contravention pour ces faits car l'appareil photographie l'avant des véhicules alors que sur les motos les plaques sont à l'arrière.

Un motard a nargué les forces de l'ordre pendant près d'un an - Maxppp
Un motard a nargué les forces de l'ordre pendant près d'un an © Maxppp

LIRE ►► Un motard cumule 23 excès de vitesse avant de se faire arrêter

Une voiture calcinée à vendre dans les Côtes d'Armor

L'annonce a été mise en ligne sur le site d'annonces leboncoin.fr le 1er décembre, quelques jours après que la voiture de ses beaux-parents a été incendiée à Saint-Quay-Portieux. "C’est une blague évidemment", a précisé le vendeur, Yann. Ses beaux-parents "étaient à un repas samedi soir, lorsqu’ils sont sortis, leur voiture n’était plus là". A 4h du matin, coup de téléphone des gendarmes : la 308 est en flammes à Saint-Quay-Portrieux. "Ils étaient un peu démoralisés, pour dédramatiser la situation on a décidé de mettre la carcasse en vente 5.000 euros sur internet", raconte le vendeur.

On ne sait pas si la voiture a finalement été vendue - Aucun(e)
On ne sait pas si la voiture a finalement été vendue - Capture d'écran leboncoin.fr

LIRE ►► Une voiture calcinée à vendre dans les Côtes d'Armor !

Des sacristains volaient l'argent de la quête

Quelques pièces ou quelques billets disparaissaient des corbeilles de la quête : deux sacristains du sanctuaire de Sainte-Anne d'Auray, dans le Morbihan, ont été arrêtés pour des vols commis depuis 2012. C'est grâce à un système de vidéosurveillance installé dans la basilique que les deux hommes ont été arrêtés. Ils ont 49 et 44 ans et sont totalement inconnus des services de police et de gendarmerie. En fait les deux hommes commettaient leurs vols séparément : ni l'un, ni l'autre ne savaient qu'ils étaient en fait deux à voler dans la caisse. Selon un gendarme, c'est d'ailleurs justement parce qu'ils étaient deux que les vols ont été remarqués.

La basilique Saine-Anne d'Auray, dans le Morbihan - Aucun(e)
La basilique Saine-Anne d'Auray, dans le Morbihan - Capture d'écran Facebook

LIRE ►► A Sainte-Anne d'Auray, des sacristains volaient l'argent de la quête

Le curé de Plestin-les-Grèves casse une statue... volontairement !

Victime sans doute de surmenage, le curé de Plestin-les-Grèves, dans les Côtes d'Armor, a brisé une statue du Sacré Coeur de Jésus. "Une de moins !", voilà ce qu'aurait dit le religieux après avoir délibérément, selon des témoins, brisé une statue de l'église où il exerce son ministère. 

Le curé aurait volontairement cassé une statue - Maxppp
Le curé aurait volontairement cassé une statue © Maxppp

LIRE ►► Victime de surmenage, le curé de Plestin-les-Grèves aurait "pété un plomb"