Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Rétro 2017 : les grands événements de l'actualité en Moselle

RETRO 2017 en Moselle : la reconnaissance du préjudice d’anxiété des anciens mineurs cassée en appel, "c’est indigne !"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Lorraine Nord
Merlebach, Freyming-Merlebach, France

2017 a été l'année de la désillusion, du sentiment d'injustice pour 755 anciens mineurs de charbon de Moselle-est. Après avoir obtenu la reconnaissance de leur préjudice d'anxiété, c'est à dire la peur de contracter une maladie liée à la mine, ils ont été déboutés en appel le 7 juillet.

Djilali Kendoussi (à gauche), Calogero Liduino (au centre) et Jean-Caude Jamet, tous bénévoles à la CFDT de Merlebach.
Djilali Kendoussi (à gauche), Calogero Liduino (au centre) et Jean-Caude Jamet, tous bénévoles à la CFDT de Merlebach. © Radio France - François Pelleray

Coup de tonnerre le 7 juillet 2017 pour 755 anciens mineurs de charbon du bassin houiller de Moselle-est. La reconnaissance du préjudice d’anxiété qu’ils avaient obtenu pour la première fois est cassée en appel à Metz. Le préjudice d'anxiété est la peur de contracter une maladie professionnelle.

Les mineurs ont donc remboursé les 1.000 euros qu’il leurs avaient été versés. Mais le combat continue, ils ont saisi la cour de cassation.

Une épée de Damoclès au dessus de la tête

Ce combat est mené par la CFDT dans ses bureaux de Merlebach, avec notamment Djilali Kendoussi : "le 15 juillet, on m’a découvert une silicose dont l’origine est professionnelle. J’ai une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Cela montre qu’on ne sait pas quand la maladie peut se déclarer. C’est pourquoi, cette décision de justice le 7 juillet est vraiment indigne par rapport à la souffrance des gens, leur patience, le travail qu’ils ont fourni, c’est incompréhensible. Et affirmer que Charbonnage de France a protégé les mineurs, ce n’est pas vrai. Quand vous voyez un camarade qui vient nous voir, monter l’escalier avec sa bouteille d’oxygène et qu’il est obligé de s’arrêter à chaque marche".

Les mineurs respectent le droit, ils ont rendu les 1.000 euros sans faire d’esclandre et ils nous ont remerciés pour notre travail. Ça nous incite à persévérer, c’est une des qualités des mineurs, la persévérance, la solidarité. On se battra jusqu’à notre dernier souffle - Djilali Kendoussi.

Depuis le début en 2013 et jusqu’au 27 novembre 2017, 28 plaignants sont morts. Calogero Liduino milite à la CFDT et voit partir petit à petit ses camarades : "on se demande toujours qui sera le prochain,. Les camarades qui défilent à la permanence sont nombreux à souffrir d’un cancer du rein, du nez, de la vessie. C’est dur d’encaisser ces nouvelles, on se demande quel sort nous attend".

"Malgré tout, je garde en mémoire qu’en première instance, un juge professionnel a reconnu notre préjudice d’anxiété et ça c’est une première depuis 1945**"** conclue Djilali Kendoussi.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess