Faits divers – Justice

Reuilly et Bélâbre vont garder leurs gendarmeries

Par Carl Dechâtre et Sarah Tuchscherer, France Bleu Berry samedi 22 octobre 2016 à 9:33

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Jean-François Frey

Le projet de fermeture des casernes de gendarmerie de Reuilly et Bélâbre dans l'Indre est abandonné. Il avait été évoqué en juin dernier, en raison de la faible activité des deux brigades. Mais la mobilisation des maires des deux communes a finalement payé.

C'est une décision surprise qu'a pris le ministère de l'Intérieur : celle de maintenir les casernes de gendarmerie de Reuilly et Bélâbre. Au mois de juin, le projet paraissait pourtant bien avancé. Le patron des gendarmes dans l'Indre, le colonel Philippe Lagrue, expliquait ainsi au micro de France Bleu que seuls 44 faits de délinquance avaient été constatés à Reuilly en 2015 et qu'une autre caserne se trouvait à seulement 6 kilomètres de là, à Lury-sur-Arnon.

Une victoire pour l'ensemble des territoires ruraux

Mais finalement le ministère de l'Intérieur a tranché en faveur des deux communes indriennes, dont les maires s'étaient fortement mobilisés. Nadine Bellurot, maire de Reuilly s'en félicite évidemment aujourd'hui au nom de la défense des territoires ruraux : "Ce que je défends, c'est une gendarmerie de contact, de proximité. Le monde rural connaît aussi de la délinquance. Je reste convaincue que la présence physique est dissuasive, c'est un élément de prévention qui permettra de faire baisser la délinquance en zone rurale".

Partager sur :