Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Réunification : le gouvernement dit non au référendum

Il n'y aura pas de référendum sur la réunification de la Bretagne. Jacqueline Gourault, la ministre de la Cohésion des territoires, a répondu ce mardi au sénateur écologiste Ronan Dantec et elle ferme la porte à cette option défendue par les élus départementaux de Loire-Atlantique.

Jacqueline Gourault renvoie la question de la réunification de la Bretagne au niveau local
Jacqueline Gourault renvoie la question de la réunification de la Bretagne au niveau local © Maxppp - Leon Tanguy

Nantes, France

À peine évoqué et déjà retoqué. Ce lundi, les conseillers départementaux de Loire-Atlantique avait discuté en session de la réunification de la Bretagne. Si ils avaient majoritairement voté contre le rattachement de leur département à la région Bretagne, ils avaient déposé un vœu sur l'organisation d'un référendum par l'État. 

Le gouvernement ferme la porte au référendum

Ce mardi, au lendemain de leur vote, le sénateur Ronan Dantec a interpellé la ministre Jacqueline Gourault. "À l'unanimité, le Conseil départemental de Loire-Atlantique a voté un vœu pour que le débat sur la réunification soit soumis à un référendum décisionnel, soutenu par le Conseil régional de Bretagne. Cette prise de position fait suite au recueil par l'association Bretagne Réunie de 104.000 signatures (...) Le Premier ministre, que je salue, a manifesté publiquement son intérêt pour cette démarche référendaire dans la suite des demandes exprimées par nombre de gilets jaunes.

Pour lui, ce débat offre une "opportunité intéressante pour avancer dans l'expérimentation du référendum". 

La ministre a d'abord répondu en rappelant que "le code général des collectivités territoriales précise qu'il faut une décision concordante des collectivités concernées, les deux régions ainsi que le département de Loire-Atlantique". Avant de rejeter la demande des élus locaux en arguant que "sans mesures législatives, l'État n'est pas en mesure d'organiser une consultation sur le sujet évoqué et sur une seule partie du territoire national"

Avant de renvoyer ce débat au niveau local, la ministre estimant que ce sujet "doit faire d'abord l'objet de discussions au sein de chaque assemblée délibérante pour que l'État puisse l'examiner de la manière la plus éclairée possible". 

Choix de la station

France Bleu