Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Réunion entre élus et préfet pour gérer "l'après Puisseguin"

lundi 2 novembre 2015 à 6:00 Par Noémie Bonnin, France Bleu Gironde et France Bleu

Une réunion est prévue ce lundi soir entre le préfet, le président du conseil général, le procureur et les maires des communes concernées par l'accident de Puisseguin. Le but : organiser le suivi des familles sur le long terme.

La commune de Porchères va être représentée à cette réunion prévue à Lussac.
La commune de Porchères va être représentée à cette réunion prévue à Lussac. © Radio France - Noémie Bonnin

Lussac, France

Dix jours après la catastrophe de Puisseguin - la collision entre une poids-lourd et un autocar qui a fait 43 morts - une réunion est prévue à 18 heures ce lundi à Lussac avec les maires des communes concernées par le drame. Autour de la table : Pierre Dartout, le préfet de région, Jean-Luc Gleyze, le président du Conseil Départemental de Gironde et Christophe Auger le procureur de la République de Libourne. Ils vont présenter aux élus la façon dont les familles des victimes vont à présent être accompagnées, sur le plan psychologique mais aussi matériel. 

Nous faisons face à des problèmes assez étonnants, presque insolites.

— David Redon, maire de Porchères

"On va faire remonter nos besoins aussi" explique David Redon, le maire de Porchères. Dans ce village de 920 habitants, cinq personnes ont péri dans l'accident. "Nous faisons face à des problèmes assez étonnants, presque insolites" raconte l'élu. "Les gens qui étaient dans ce bus sont partis le matin en voiture de chez eux. La plupart sont morts en ayant sur eux la carte grise, par exemple. On se retrouve avec des véhicules sans carte grise, et même parfois sans clé." 

Les actes de décès n'ont toujours pas été réalisés

Pour les besoins de l'enquête, les corps n'ont toujours pas été remis aux familles. Les actes de décès n'ont toujours pas été formulés. Du coup, tout reste en suspens : "Le courrier continue d'arriver dans les maisons vides. Les pensions de retraite sont toujours versées. On a même récupéré deux chiens et un âne, désormais sans propriétaires." David Redon parait un peu désemparé : "Gérer un décès, ça on sait faire. Mais cinq en même temps, et dans ces conditions, c'est très difficile."

Ce lundi soir, le suivi psychologique va aussi être abordé. Une aide à domicile, ou une permanence en mairie ? Un suivi personnel ou en groupe ? Beaucoup de détails sont à régler. Après le choc de l'accident, après la venue du président de la République, c'est le suivi sur le long terme qui va être au centre des discussions. "C'est important" raconte Danièle, une habitante de Porchères. "On en fait beaucoup, peut-être un peu trop même sur le coup. Et puis ensuite on oublie très vite les suites. Ce sont des événements tellement brutaux et atroces qu'il faut un suivi dans la durée." Encore faut-il accepter, ce suivi psychologique, chez les personnes âgées notamment ce n'est pas du tout dans les habitudes.

>>>Tout savoir sur l'accident de Puisseguin