Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Révélations sur l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray : l'ex-maire pense que l'attentat aurait pu être évité

vendredi 5 janvier 2018 à 11:51 Par Delphine Garnault et Antoine Quevilly, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

Après les révélations de Médiapart publiées jeudi soir sur l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, l'ancien maire de la ville réagit. Hubert Wulfranc, désormais député, se dit troublé et demande au ministre Gérard Collomb une enquête interne.

Hubert Wulfranc était maire de Saint-Etienne-du-Rouvray au moment de l'attentat
Hubert Wulfranc était maire de Saint-Etienne-du-Rouvray au moment de l'attentat © Radio France - Bénédicte Courret

Saint-Étienne-du-Rouvray, France

L'ancien maire de Saint-Etienne-du-Rouvray, Hubert Wulfranc, réagit ce vendredi matin sur France Bleu Normandie aux révélations de Médiapart. Dans un article publié jeudi sur le site, Mediapart avance que les services de renseignements avaient connaissance des projets d'un des tueurs. D'après l'auteur de l'enquête Matthieu Suc, l'un des deux hommes, le terroriste Adel Kermiche, mentionnait dans les messages repérés par les renseignements une attaque dans une église et mentionnait Saint-Étienne-du-Rouvray. La note rédigée par un brigadier aurait patienté en attente de validation en plein mois de juillet. Toujours selon Mediapart, une fois le prêtre assassiné, la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris aurait alors antidaté deux documents afin de masquer sa passivité. 

Le ministre de l'intérieur Gérard Collomb devrait demander une enquête interne" Hubert Wulfranc.

Hulbert Wulfranc, député communiste, estime qu'il s'agit d'un "article troublant, plus que troublant. Au dela de ce trou dans la raquette, on constaterait une manipulation sur les documents produits. C'est un élément qui peut interroger sur le fonctionnement de nos institutions. Le ministre de l'intérieur devrait procéder aux dispositions nécessaires peut étre sous la forme d'une enquête interne pour éclairer les responsabilités."

A la question ; à la lecture de cet article de Mediapart, pensez vous que cet attentat aurait pu être évité ? Hubert Wulfranc, répond clairement : "Oui tout à fait, je pense, je crois".

Ecouter la réaction d'Hubert Wulfranc joint par Antoine Quevilly

Les renseignements obtenus n'étaient pas suffisamment circonstanciés" La préfecture à France Inter

Selon notre confrère de France Inter Jean-Philippe Deniau, la préfecture de police de Paris précise que "les renseignements obtenus avant l'attentat n'étaient pas suffisamment circonstanciés pour permettre la diffusion d'une alerte qui aurait pu conduire à l'interpellation du terroriste avant qu'il ne passe à l'acte".

La préfecture de police a réagi dans son communiqué en expliquant qu’"en aucun cas cette note n’évoque l’imminence d’un passage à l’acte et encore moins le ciblage d’un lieu précis". Cette note du 22 juillet "identifie un individu qui donne des cours à la mosquée de Saint-Etienne-du-Rouvray qui appelle, sur les réseaux sociaux, les 'fidèles' à la rejoindre dans le but de former un groupe à vocation terroriste". Le préfet ajoute que cette note "ne comportait pas de caractère d’urgence" et donc elle a suivi "le circuit habituel de validation".

Le 26 juillet 2016, le père Jacques Hamel a été égorgé par deux terroristes de l'organisation Etat islamique.