Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Révolte dans un foyer pour mineurs étrangers à Nantes

vendredi 27 avril 2018 à 6:44 Par Marion Fersing et Martial Cure, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Plusieurs pensionnaires d'un foyer pour mineurs étrangers isolés se sont révoltés à Nantes jeudi. Pourquoi ? Parce que plutôt que de leur donner de l'argent, le département de Loire-Atlantique a décidé de leur fournir directement des repas.

Le foyer où ont eu lieu les violences se trouve quartiers sud, à Nantes
Le foyer où ont eu lieu les violences se trouve quartiers sud, à Nantes - Capture d'écran Google maps

Nantes, France

Une révolte a éclaté dans un foyer pour mineurs étrangers isolés (qui sont arrivés en France sans leurs parents, ndlr) à Nantes. Plusieurs pensionnaires se sont mis à casser des vitres, des meubles et des ordinateurs. La police a du intervenir. La raison de leur colère ? Une décision du conseil départemental, qui les prend en charge. Il transforme une partie de l'argent qu'il leur donnait chaque mois en repas.

Les 300 euros versés chaque mois servaient à des achats beaucoup moins légaux que de la nourriture

Jusqu'ici, le département de Loire-Atlantique versait tous les mois 300 euros à chaque pensionnaire de ce foyer où il n'y a pas de restauration. Une somme qui, semble-t-il, servait à d'autres achats, beaucoup moins légaux. Il a donc été décidé de fournir quotidiennement des repas aux pensionnaires du foyer et de ne verser en espèces que 60 euros à chacun d'entre-eux.

Les policiers visés par des projectiles

Certains ne l'ont pas accepté, et se sont rebellés. Les policiers qui sont intervenus à la demande du responsable du foyer, ce jeudi matin, ont été la cible de jets de projectiles avant de parvenir à rétablir l'ordre. L'un des pensionnaires, qui s'était suspendu dans le vide à dix mètres de haut, a finalement été maîtrisé sans qu'il ne se blesse.

Sept jeunes en garde à vue

Sept jeunes gens ont été placés en garde à vue. Ils sont convoqués mi-juillet devant le juge des enfants. Le directeur du foyer a déposé plainte et la sécurité du foyer a été renforcée.