Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Rive-de-Gier : un collégien agressé dans les toilettes de l'établissement

Un jeune garçon de 13 ans a été agressé le 16 septembre dernier dans les toilettes du collège François-Truffaud de Rive-de-Gier. Des faits de violences en réunion. Un enquête est en cours. La famille de la victime a porté plainte.

Le collège François-Truffaud de Rive-de-Gier
Le collège François-Truffaud de Rive-de-Gier © Radio France - Margaux Carof

Rive-de-Gier, France

La scène, d'une  extrême violence, s'est déroulée pendant la récréation dans les toilettes du collège François-Truffaud de Rive-de-Gier.  Arthur* est attrapé par derrière par un autre collégien. Il est roué de coups. Tombe par terre et son agresseur lui donne un coup de compas, au menton avant de le menacer avec un couteau. 

Un surveillant intervient et vient en aide à la jeune victime qui parle également d'un acte de viol. La famille porte plainte pour "coups et blessures en réunion avec arme" et "viol aggravé en réunion avec arme". Accusation qui n'est pas retenue par le Parquet qui ne retient que les coups et blessures en réunion. Pourtant, l'avocat d'Arthur Me Jean Sannier, maintient ces déclarations.  

Arthur s'est vu prescrire 10 jours d'ITT. Il est profondément choqué et n'est pas retourné au collège depuis l'agression. En revanche, son agresseur supposé ainsi que ses deux complices sont, eux, toujours scolarisés au collège François-Truffaud.  Ils seront convoqués en novembre devant un juge pour enfants. Une enquête est en cours pour déterminer ce qu'il s'est passé précisément. 

La famille d'Arthur estime que l'Education nationale ne s'est pas montrée à la hauteur. Elle affirme qu'il y avait eu des précédents à cette agression et évoque des faits de harcèlement.  

Mais pour Jean-Pierre Batailler, le directeur académique de la Loire, l'établissement "a pris en main la situation dès le départ. Il s'est principalement occupé de la victime dès les faits. Puisqu'un surveillant est immédiatement intervenu et le collège s'est occupé de cet enfant avant de le remettre à sa famille. Parallèlement la famille a porté plainte. Le collège a traité l'affaire comme tout acte de violence commis dans un établissement scolaire. Une sanction a été prononcée par le chef d'établissement en fonction des faits portés à sa connaissance. Si d'autres faits venaient à lui être révélés il adapterait la sanction en fonction de la gravité des faits".

* Le prénom de la victime a été modifiée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu