Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Rixe à Orly : les rappeurs Booba et Kaaris remis en libertés et placés sous contrôle judiciaire

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Les deux rappeurs Booba et Kaaris ont été remis en liberté, ce jeudi, en attente de leur procès et placés sous contôle judiciaire.

Booba et Kaaris remis en liberté
Booba et Kaaris remis en liberté © AFP - DOMINIQUE FAGET, LOÏC VENANCE

Les rappeurs Booba et Kaaris ont été remis en liberté, ce jeudi 23 août. Les deux hommes sont toujours en attente de leur procès et sont placés sous contrôle judiciaire. 

Une caution de 30.000 euros

Les deux frères ennemis du rap français, qui seront jugés devant le tribunal de Créteil le 6 septembre, ont interdiction de quitter le territoire français et doivent remettre chacun une caution de 30.000 euros. "C'est une décision qui est conforme aux principes du droit, c'est-à-dire le principe de liberté", a réagi sur franceinfo David-Olivier Kaminski, l'avocat de Kaaris.

Cette remise en liberté est conditionnée par "la remise d'un passeport, à une obligation de cautionnement, des choses judiciaires très classiques. Pour nous, le procès du 6 septembre, c'est la véritable défense de Kaaris et il est évident qu'il sera présent à son procès." a t-il expliqué

Ils étaient placés en détention provisoire pour "violences aggravées" après s’être battus le mercredi 1er août dans le hall 1 de l’aéroport d’Orly qui avait dû être temporairement fermé. Le groupe Aéroports de Paris avait porté plainte.