Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Rixe mortelle de Bayonne : sept ans de réclusion criminelle prononcés contre l'accusé

samedi 6 octobre 2018 à 0:35 Par Paul Nicolaï, France Bleu Pays Basque

Sept ans de réclusion criminelle ont été prononcés à l'encontre de Livio Louis-joseph par la Cour d'assises à Pau. Le jeune SDF de 23 ans a été reconnu responsable de la rixe mortelle du juin 2016 rue Sainte Catherine à Bayonne. Une bagarre qui avait coûté la vie à un bayonnais de 43 ans.

Palais de Justice de Pau
Palais de Justice de Pau © Radio France - Paul Nicolaï

Bayonne, France

Apres trois heures de délibéré les jurés de la Cour d'assises des Pyrénées-Atlantiques, réunis au  palais de Justice de Pau, ont rendu leur verdict. Livio Louis-Joseph est condamné à 7 ans de réclusion criminelle. Le jeune SDF de 23 ans, originaire de Guadeloupe, a été reconnu coupable de "violence ayant entraîné la mort sans intention de la donner".

Rixe mortelle rue Sainte Catherine

Les faits remontent au 3 juin 2016, rue Sainte Catherine dans le quartier sensible de Saint-Esprit à Bayonne. En début de soirée une bagarre, pour quelques paroles déplacées, avait provoqué la mort d'un habitant de Bayonne. Âgé de 43 ans, Jérôme Saint-Hilaire avait succombe après avoir reçu trois violents coups de poings de la part de Livio Louis-Joseph.

Les jures suivent les réquisitions

La défense de l'accusé représentée par maîtres Michel Cocoynacq et Hélène Maya a demandé une peine couvrant la détention préventive (un peu plus de 2 ans) assortie d'une période de détention avec sursis. En dépit de leurs efforts ils n'ont pas été entendu, mais les jurés ont en revanche suivi les réquisitions de l'avocat général Marc Mariée. Du coté des parties civiles , l'avocate de la famille de la victime Angélique Combe se dit "soulagée" par cette décision.